Aller au contenu principal

L’aéroport de Châteauroux s’offre sa cathédrale

Avec ses 8 520 m2 et 36 m de haut, un hangar dernièrement sorti de terre  à l’aéroport Marcel Dassault est l’un des vingt plus grands du monde.  Conçue pour accueillir un Airbus 380, cette cathédrale aéronautique affirme la place centrale de l’aéroport castelroussin, au-delà des frontières.

La cathédrale aéronautique de Châteauroux est l’un des rares hangars au monde à pouvoir accueillir un A380

Repérable de loin, le dernier hangar de l’aéroport Mar cel Dassault attire le regard par ses mesures hors normes : 36 m de haut et 8 520 m2 de sur face, il ne passe pas inaperçu dans le paysage castelroussin ! Devant ce gigantisme, au pied du bâtiment, les humains sont pareils à des fourmis. En son sein, l’impression de grandeur se décuple encore. « Le hangar est conçu pour accueillir un Airbus 380, c’est-à-dire un des plus gros avions au monde, actuellement. L’avion entre pleinement, portes du bâtiments fermées. Un Airbus A380 fait juste 72 m de long pour 80 d’envergure et 24 m de haut ! précise Didier Lefresne, directeur général de l’aéroport. Il s’agit de l’un des rares hangars en France à avoir cette capacité d’accueil, après le hall de Toulouse où sont assemblés les A380 et A350 et celui de Charles-de-Gaulle dédié à la maintenance des avions Air France ». Le bâtiment surnommé “la cathédrale aéronautique”, à défaut d’A380, peut accueillir cinq ap pareils de la famille des A350 simultanément, en agençant leurs emplacements.

DEUX ANS DE TRAVAUX  ET 250 EMPLOIS À LA CLÉ

Le hangar était en projet depuis des années, mais pour diverses raisons n’avait pas vu le jour. « La Région Centre-Val de Loire, propriétaire des lieux depuis 2007, a décidé de reprendre la main sur le dossier en 2015 en prenant les travaux à sa charge, soit près de 25 millions d’euros », poursuit le directeur général. Les offres de marché ont été signées mi-janvier 2020, les tra vaux ont débuté le 1er février de la même année. Le bâtiment a été réceptionné le 14 janvier 2022 et quelques semaines plus tard, l’entreprise luxembourgeoise Vallair Industry signait une convention d’occupation du hangar pour les seize prochaines années. La société luxembourgeoise, qui dispose déjà d’un atelier de maintenance, de déconstruction et de recyclage sur l’aéroport, compte utiliser cet outil XXL pour mettre en place une ligne de conversion d’avions de ligne en avions cargo. Prochainement, se seront des avions de type A330 qui y seront pour la première fois transformés en avion de fret, une transformation qui nécessite près de 10 000 heures de travail. Afin de réaliser ce tour de force, l’entreprise luxembourgeoise pro jette de recruter près de 250 per sonnes dans les cinq prochaines années, ce qui revient à tripler l’effectif salarial de la société.

VISER TOUJOURS PLUS GRAND, PLUS LOIN

A travers cet investissement d’envergure, la collectivité régionale poursuit son souhait de développer l’aéroport Marcel Dassault. « Il doit être une locomotive et rayonner en interne sur le département, mais également au niveau national et international. Le choix d’un hangar de grande capacité, c’est se projeter dans le futur. Quelle sera l’aéronautique de demain ? Le positionnement de l’aéroport de Châteauroux et ses infrastructures en font un aéroport d’exception : sa piste permet l’accès aux plus gros porteurs du monde », pointe Dominique Roullet, président de l’aéroport et vice-président de la Région Centre-Val de Loire. Didier Lefresne ajoute « nous possédons un espace aérien privilégié permettant un confort de travail pour les compagnies sans pareil, notamment pour les essais et les entrainements puisque nous limitons à deux le nombre d’appareils simultanément en tour de piste ». La cathédrale aéronautique s’inscrit dans la tradition aéroportuaire ancrée à Châteauroux depuis 1936, avec la première usine de Marcel Dassault où ont été construits tous les avions Bloch. Le site a ensuite acquis, en partie, ses lettres de noblesse avec la présence américaine de 1951 à 1967. La piste, déjà réputée une des plus longues, est portée à 3 500 m en 1995, devenant ainsi la plus longue piste d’atterrissage d’Europe. En se dotant d’un des plus grands hangars du monde, on pourrait penser que la boucle est bouclée. Mais l’aéroport n’a pas dit son dernier mot et dispose encore de 40 hectares de réserve foncière, ce qui pourrait laisser présager de nouveaux projets colossaux.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

MOISS’ BATT’ CROSS : LES ROIS DE LA RÉCUP’
Devenue une animation phare des Terr’agri indrien, depuis bientôt 10 ans, la course de Moiss’ batt’ cross requiert une préparation particulière.
UN JEUNE ÉLEVEUR INVESTI POUR SON CANTON
Dans le secteur de Mouhet, les jeunes agriculteurs sont nombreux et majoritairement membres actifs des JA du canton Brenne-Val de Creuse.
Saint-Benoît, toujours un carrefour d’affaires
De nombreux sélectionneurs ovins d’Indre, du Cher, de Creuse, de Vienne, de l’Allier, de Charente et même des DeuxSèvres ont fait le déplacement à Sai
Marguer’ice, histoire d’une crème glacée locale
En 2011, un couple d’éleveurs indriens fait le pari de transformer une partie de sa production laitière.
LA VIANDE DU BERRY BURGER ASSURÉE 100 % TILLY
Manger local est l’un des chevaux de bataille du syndicat Jeunes agriculteurs.
« UNE FÊTE FAMILIALE ET CONVIVIALE »
La crise sanitaire et les confinements à répétition avaient eu raison du Terr’agri de Mouhet, initialement prévu en 2020.
Publicité