Aller au contenu principal

Agronomie
L’agriculture de « conversation », une voie d’avenir ?

 Les agriculteurs sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à l’agriculture de conservation et de régénération des sols. Les pionniers de la méthode font campagne pour en entraîner d’autres dans leur sillage.  

Vignette

Le 3 juin à Châteauroux, le CETA d’Issoudun a convié le public à la projection de « Bienvenue les vers de terre ». Pendant un peu plus d’une heure, ce documentaire propose une plongée dans une forme d’agriculture qui se pratique sur un sol « vivant, fertile et qui ne s’épuise pas », comme l’indique son synopsis. L’occasion de détailler ce qu’est l’agriculture de conservation et à la régénération des sols à partir d’une conférence de Sarah Singla, militante du semis direct sous couverture permanente des sols, donnée il y a quelques semaines dans la région. Au bord du lac de Pareloup dans l’Aveyron, cette ingénieure agronome sème et récolte, parfois deux fois par an, des cultures seules ou en mélanges sur des terrains couverts en permanence de dizaines de plantes choisies en fonction des précédents et de la météo. Couverts, d’été ou d’hiver travaillent en permanence les horizons pédologiques par leurs racines.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

CHALEUR ET MANQUE D'EAU, LES CULTURES SOUFFRENT DÉJÀ
Le stress hydrique a été le thème principal du tour de plaine à Bommiers, chez Philippe Pornin.
FAIRE FACE AU STRESS HYDRIQUE
L'absence de pluie pour les prochaines semaines peut déjà avoir des conséquences sur les rendements des céréaliers, mais aussi des polyculteurs éleveu
UN DÉFICIT PLUVIOMÉTRIQUE QUI VA ENCORE SE CREUSER
Les températures estivales des derniers jours sont remarquables, mais pas inédites.
Solder ses apports et surveiller les insectes
Les tours de plaines se poursuivent sur le secteur d'Ecueillé et plus précisément à Moulins-sur-Céphons sur l'exploitation de Maxime Breuillaud.
Les élèves de Naturapolis ont appris comment planter les arbustes. Douze variétés ont ainsi pris racine dans la parcelle du lycée agricole.
Derniers coups de pelles pour les haies de Naturapolis
C’est la concrétisation d’un projet pensé il y a presque trois ans.
Publicité