Aller au contenu principal

DOSSIER Irrigation
Le goutte-à-goutte n'économise pas que l'eau

La micro-irrigation de surface ou enterrée sécurise une production à haute valeur ajoutée, simplifie le suivi en cours de saison, et réduit les tensions avec la société civile. Des intérêts qui doivent être considérés, sachant que les économies d’eau et les bénéfices promis sur le rendement ne sont pas toujours au rendez-vous.

L a micro-irrigation ne couvre encore qu’environ 3 % de la superfi cie totale irrigable française (soit 70 000 hectares), principalement dans les vergers, cultures maraîchères et fl orales et sous serres. « Le goutte-àgoutte enterré reste très marginal, au stade expérimental en grandes cultures », notaient en septembre 2017 les auteurs du rapport « Évaluation des économies d’eau à la parcelle réalisables par la modernisation des systèmes d’irrigation » (Irstea de Montpellier, UMR G-Eau). « Le retour sur investissement - compris entre 700 et 3 000 euros par hectare, si la source d’eau est proche de la terre à cultiver - se fait normalement en deux ou trois ans », assure pourtant l’entreprise israélienne Netafim, qui a installé des systèmes de microirrigation en grandes cultures depuis 2010. « Nous ne sommes pas le pays qui présente les plus grosses contraintes hydriques, et la mécanisation avec enrouleurs ou pivots est déjà bien développée.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Indemnités dégâts de sanglier : un galop d’essai pour les réduire
Sur  le  secteur  du  massif  cynégétique  14  en  pleine  Brenne,  un  protocole  de  régulation  du  sanglier  est  mis en place pour les prochains
Dérogation à la durée du temps de travail sous conditions
La FNSEA 36 a obtenu de la DREETS* une dérogation collective à la durée maximale de travail hebdomadaire. Les salariés mineurs ne sont pas concernés.
350 béliers attendus sur la butte de Saint-Benoît-du-Sault
Après une pause en 2020, la foire ovine de Saint-Benoît-du-Sault revient pour sa 40e  édition, le 4 août, dans une version édulcorée mais très attendu
Trois jours d’escapade en pleine Brenne
La randonnée de la Brenne renoue avec la tradition, pour sa 34e  édition.
L’aide à l’UBG remplace la prime à la vache
Les modalités de calcul de l’UGB vont changer à la faveur de la nouvelle Pac.
La Pac 2023-2027 se précise
Le 13 juillet, Julien Denormandie a expliqué un peu plus les éléments concrets de la future Pac. En  voici  les  points  principaux.
Publicité