Aller au contenu principal

Le lavoir, avant la machine à laver

Sait-on que la machine à laver se démocratisa à grande vitesse ? En 1950, encore chère, elle est très peu utilisée ; mais en 1967, elle trône déjà dans un foyer sur deux et, en 1977, dans deux sur trois. Puis triomphe véritablement lorsque, deux ans plus tard, la Mère Denis la célèbre, faisant un tabac auprès de la ménagère et, au passage, les affaires d’une célèbre marque.

D ’abord garde-barrière dans une gare du bocage bas normand, puis sans doute fatiguée de regarder passer, à côté des vaches, deux ou trois tortillards quotidiens, toujours les mêmes, elle finit par troquer son devoir ferroviaire contre le métier de lavandière, pourtant en perdition. C’est alors qu’on l’entendit déclamer à la radio, qu’on la vit à la télévision : à 80 ans passés, au lavoir, elle disait son plaisir à « batouiller » des draps blancs comme neige puis, comme une fleur, à les remonter dans une brouette en bois. A la suite de quoi, elle se mettait à vanter les mérites d’une certaine machine à laver, clamait à qui voulait l’entendre « c’est ben vrai, çà », serinant son message tant et tant que la fameuse marque vendit ses machines à la pelle. L’innovation était là et la corvée du lavoir bel et bien terminée.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des couverts aux effets bénéfiques
Nicolas Robert a profité de l'humidité de ce milieu d'été pour implanter ses intercultures.
Premier concours bovin après 18 mois d'absence dans l'Indre
Le concours bovin de Saint-Benoît-du Sault aura bien lieu le 25 août. Une reprise en douceur pour les éleveurs.
Foire de St-Benoît : un marché porteur
Les éleveurs n'hésitent pas à faire des centaines de kilomètres pour se rendre à la foire de Saint-Benoît-du-Sault, tant pour vendre que pour acheter
Teff grass : une alternative séduisante
Face aux changements climatiques, certaines plantes fourragères semblent tirer leur épingle sur jeu et entrent dans l'assolement de quelques éleveurs
« C'est la raison voire la sagesse qui ont guidé ma décision »
A quelques semaines de prendre sa retraite, Robert Chaze quitte la présidence de la chambre d'agriculture de l'Indre.
Agricultrice, rêve de Rachel Denis
Sur différents marchés de la Brenne, Rachel Denis propose ses légumes de saison.
Publicité