Aller au contenu principal

LE TÉLESCOPIQUE, UN « INDISPENSABLE » CHEZ LES ÉLEVEURS

  Fiabilité, maniabilité, visibilité ou encore facilité d’entretien… voici les principaux arguments qui ont poussé deux éleveurs laitiers à choisir le constructeur d’Ancenis (49), pour l’acquisition de leur télescopique.

Eleveurs laitiers à St-PaterneRacan (37) depuis 2001, les frères Baillou ont investi dans leur premier télescopique en 2008. « Avant de nous installer, quand nos parents ont fait valoir leurs droits à la retraite, nous travaillions chacun en tant qu’ouvrier agricole, introduit Patrick Baillou. Mon frère Fabrice utilisait alors un télescopique et il m’a toujours dit qu’un jour ou l’autre nous investirions. » Dès le début, les deux frères équipent leur nouvelle acquisition d’un godet désileur de 3,4 m3 pour assurer l’alimenter l’équipement. « Cet investissement est arrivé dans la cour de la ferme en remplacement d’un matériel plus traditionnel, un tracteur standard équipé d’un chargeur », raconte l’éleveur. Six mois plus tard, ils achètent une pailleuse/dérouleuse avec entraînement hydraulique. « Nous avons investi dans le but de répondre à deux objectifs. Le premier était de moins peiner, de simplifier les tâches quotidiennes dans la gestion du troupeau. Avant ça, le paillage s’effectuait entièrement à la main. Le second consistait en un gain de temps. Aujourd’hui, l’ensemble des tâches d’astreinte est bien moins chronophage », poursuit l’agriculteur.

UN RENOUVELLEMENT RÉGULIER

En 2022, les deux frères associés ont renouvelé leur engin en 2022 en restant fidèles à leur concessionnaire ABM. Ils investissent alors dans un MLT 635-130 PS+. Leur politique de changement est assez simple. « C’est le matériel qui effectue le plus d’heures sur l’exploitation, aux alentours de 850 chaque année, expliquent les deux éleveurs. Afin de toujours disposer d’une machine fiable, nous la remplaçons tous les quatre ans. » Ce laps de temps correspond grosso modo à la période de remboursement. C’est aussi à ce moment que surviennent des frais importants, comme le changement des pneumatiques ou les vidanges de la totalité des organes. Seul le télescopique en lui-même est remplacé à cette fréquence, les outils qui s’attellent au bras le sont uniquement dès lors qu’ils sont usés. Les critères qui ont séduit les deux éleveurs pour ce nouveau modèle sont nombreux. Ils ont opté pour celui de 6 mètres « notamment pour sa maniabilité dans les bâtiments. » En effet, il est plus court de 31 cm et d’un empattement plus limité que le modèle de 7 mètres. La facilité d’entretien, grâce entre autres à un accès facile aux graisseurs et au filtre à air, a également été un argument positif. Tout comme la visibilité à l’aide du toit panoramique. Enfin le confort d’utilisation : le constructeur français équipe ses télescopiques d’une unique marche ergonomique qui facilite grandement la montée, mais surtout la descente de l’engin. « Et quand vous en descendez vingt, trente, voire quarante fois par jour, c’est loin d’être négligeable », argumente Patrick Baillou.

UN OUTIL ESSENTIEL  MALGRÉ SES LIMITES

Modèle destiné au marché agricole, le Manitou MLT 635 de 130 cv est équipé d’une boite powershift automatique (dotée d’un système de convertisseur de couple) et dispose d’un piton d’attelage.« Contrairement à une boite à variation continue (fonctionnant avec moteur hydraulique, ndlr), ce type de transmission augmente la puissance de traction », explique l’éleveur. Atout non négligeable en période de fenaison et de ramassage de paille, où l’engin est attelé au plateau et effectue d’importants trajets routiers. Chaque année, il manipule et transporte plus de 2 500 bottes. Même si comme pour tous les matériels agricoles, les prix d’achat comme d’entretien ont significativement augmenté ces derniers mois, en aucun cas les deux éleveurs feraient machine arrière. « Comme tous nos confrères qui ont franchi le pas en investissant dans un matériel de manutention à quatre roues directrices, jamais nous ne repasserions sur un tracteur traditionnel équipé d’un chargeur », garantit Patrick Baillou, avant de mettre en garde : « cet équipement doit avant tout rester sur une surface dure en période humide. Ses roues de taille limitée et son poids important peuvent entraîner des enlisements fréquents. » A noter que les deux associés ont confectionné quelques outils adaptables. Ainsi ils disposent par exemple d’un système qui facilite grandement la mise en place des pneus sur le tas d’ensilage. « De petites améliorations qui facilitent des tâches parfois ingrates », confient les deux frères, avant de conclure : « ce type d’investissement ne doit pas être réfléchi en remplacement d’un tracteur qui opère aux champs. C’est avant tout un équipement qui, hors période de fenaison, évolue quasi exclusivement dans la cour de ferme. »

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des vaches de réforme engraissées chez un céréalier

C’est une idée issue d’un échange entre un négociant en bestiaux et un producteur de grandes cultures qui souhaitait valoriser certaines production

Cas de force majeure, mode d’emploi

 Pour éviter de perdre l’accès aux aides PAC, en plus des pertes de marges liées aux excès de pluie, les exploitants concernés doivent faire v

Frelons asiatiques : c’est maintenant qu’il faut piéger !

La reine est la cible à atteindre en cette saison.

Accident du travail : sensibiliser pour éviter le danger

Quatre étudiants du BTS APV ont organisé une conférence à l’EPLEFPA Naturapolis sur les thèmes des risques en agriculture.

DES CLÔTURES PERMANENTES POUR GAGNER DU TEMPS

Alexandre Carrion, éleveur charolais à Briantes dans l’Indre, a accueilli la journée porte ouverte clôture sur son exploitation.

PÂTURAGE EN ÉTOILE : DIX PADDOCKS POUR PLUS DE SOUPLESSE

Pour le pâturage de ses vaches suitées, Aurélien Gout a opté pour un pâturage tournant découpé en étoile.

Publicité