Aller au contenu principal

Les caisses locales partenaires de la ferme des Bordes

C’est désormais acté.  Les caisses Centre France, Centre Loire et Centre Ouest du Crédit agricole viennent de signer une convention de partenariat avec la ferme expérimentale des Bordes. A la clef, un soutien financier pour les essais agricoles dans le domaine de l’élevage, mais pas que… 

Les trois caisses régionales du Crédit agricole ont signé la convention de partenariat avec la ferme expérimentale des Bordes, le 7 septembre

Après une présentation de la ferme des Bordes et des objectifs et expérimentations qui y sont menés, les présidents des trois caisses régionales du Crédit agricole, Centre France, Centre Loire et Centre Ouest se sont rassemblés autour d’une même table, afin de signer la convention de partenariat qui les lie désormais à l’exploitation.  

UN SOUTIEN INDÉNIABLE

« Notre souhait d’accompagner cette ferme s’inscrit pleinement dans notre projet de groupe visant à l’accompagnement de l’agriculture vers une position agroécologique » explique Chantal Debost, présidente de la caisse régionale du Crédit agricole Centre France, avant d’ajouter : « encore faut-il que ce soit viable et pérenne. C’est aussi vers cela que la ferme des Bordes travaille. On les accompagne car on est dans le même état d’esprit. »  Arnaud Bodolec, qui préside la caisse Centre Loire, précise que ce partenariat « illustre la volonté des caisses régionales d’accompagner l’agriculture dans son ensemble, mais surtout les agriculteurs. On a pleinement conscience qu’on ne pourra assurer une pérennité de l’agriculture qu’en développant aussi la technicité. C’est donc tout naturellement que Centre Loire soutien des institutions comme la ferme des Bordes qui travaillent pour améliorer les résultats des exploitants ». Pour Bruno Tardieu, président de la caisse régionale Crédit agricole Centre Ouest, il est aussi « nécessaire de défendre l’élevage en prouvant son intérêt et son utilité ». Il est important pour sa caisse locale de « soutenir la ferme des Bordes qui pourrait être porte-parole de l’expérimentation dans l’élevage et ainsi montrer les limites de certaines politiques et de garder l’optique de souveraineté alimentaire ».  

UN PARTENAIRE  DE COMMUNICATION

« Le partenariat avec les caisses régionales dispose certes d’un volet financier, mais elles nous sont également essentielles sur le volet communication. L’intérêt du partenariat est aussi de diffuser nos travaux à travers les réseaux plus facilement auprès des éleveurs » précisent Jean-Paul Girault, président de la Ferme expérimentale des Bordes et Thomas Barret, responsable de l’équipe technique.  « L’intérêt est aussi dans l’exploitation des références que l’on a acquises en amont. Nous allons pouvoir gagner en visibilité et en ouverture » insistent-ils. « Charge à nous aussi de faire savoir le travail qui est mené, tout ce qui est proposé et étudié à nos clients agriculteurs » conclut Arnaud Bodolec. L’assemblée a ensuite profité d’une visite de l’exploitation et d’un repas, scellant ainsi le partenariat comme il se doit. 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

De meilleures conditions de travail à venir pour les aides à domicile de l’Indre

Familles Rurales de l’Indre a entamé un projet expérimental à l’aide de La Grande Bobine, institut territorial des transformations publiques.

Atelier de transformation : bien réfléchir pour le réussir !

 Le GDMA de l’Indre a organisé une formation afin d’aider les porteurs de projets de transformation carnée à conceptualiser et réaliser un ate

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

FDSEA et JA : « faisons appliquer la loi »

 La défense du revenu agricole passe notamment par le respect de la loi Egalim et un affichage de l’origine des produits conforme à la réalité

Trouver les leviers pour se dégager du temps

Cinq ans après son installation à Levroux, Quentin Duterde a construit un bâtiment d’élevage qui lui ressemble et répond à ses aspirations professi

Seuil de Bénavent : plus de peur que de mal pour l’instant

Mauvaise surprise jeudi 15 février, au petit matin, une brèche s’est formée sur le seuil de Bénavent, à PoulignySaint-Pierre.

Publicité