Aller au contenu principal

Les étangs en amont ont souffert de la sécheresse

En plein cœur de la saison des pêches d’étangs, une grande disparité est notable entre les différents étangs de la Brenne, conséquence de la sécheresse et de leur place dans la chaîne des étangs. 

La bonne humeur règne entre les différentes tables de tri de poissons

La Brenne est en pleine période de pêche. Alors que la saison n’est pas terminée, un premier bilan peut d’ores et déjà être dressé. Entre coups de chaleur et manque de pluie, la disparité règne entre les différents maillons des chaînes d’étangs.

ENTRE SURVIE ET CHALEUR

Les étangs subissent les stigmates de la sécheresse, notamment pour ceux en amont. Un tiers des étangs n’a pas été ou peu rempli cette année. Un autre tiers a énormément souffert de la sécheresse, tout en gardant un volume d’eau faible mais viable pour les poissons. L’autre tiers, en bout de chaîne comme l’étang du Blizon, n’a souffert que sur le tard, entre septembre et octobre. La fédération aquacole de la région centre (Farec) déclare même que certains étangs ont dû être pêchés en plein été afin de sauver les poissons d’une eau très basse et, de fait, trop chaude.  La fédération déclare que cette situation est de plus en plus fréquente. Pour l’instant, 2022 est une année exceptionnellement moins arrosée que les précédentes et les précipitations réparties différemment ne sont ni à l’avantage des étangs, ni des poissons, ni des pisciculteurs. De plus, les températures encore très clémentes de cet automne accélèrent le phénomène de vidage des étangs. La manipulation et le transport des poissons requiert une attention particulière dans un climat aussi chaud, rappelle la Farec. Autre facteur aggravant, la présence de cormorans, de plus en plus nombreux. Fin décembre, les différentes pêches seront exceptionnellement achevées afin de limiter les dégâts créés par ces oiseaux.  

DES PRIX ENCORE INCERTAINS POUR LES CONSOMMATEURS  

Côté prix, les intrants sont en nette hausse alors que le prix du poisson n’a pas augmenté de manière significative depuis une vingtaine d’années. La Farec précise également que « la hausse du taux de TVA sur le poisson est en discussion actuellement et impliquerait un passage à 20 % au lieu de 5,5 %. Une hausse qui aura une incidence sur le consommateur final. La décision doit être prise prochainement ».

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Sanglier : un plan d’action sur trois ans
La régulation du sanglier est l’affaire de tous.
JA planche sur l’engagement
Durant trois jours, Jeunes agriculteurs national a tenu son Université d’hiver dans la Haute-Marne.
AOC Valençay : le nouveau cahier des charges dévoilé
Le syndicat des vins de Valençay s’est réuni en assemblée générale, jeudi 1er décembre.
LA CONSIGNE SE GÉNÉRALISE À LA FERME DES CABRIOLES
Des pots en verre consignés pour réduire les emballages à usage unique, telle est la direction qu’ont pris les associés de la Ferme des Cabrioles depu
Installation : savoir mesurer et se prémunir des risques
Le 17e forum installation des JA, le 15 décembre, aura pour fil conducteur les risques, qu’ils soient climatiques, économiques, techniques, sanitaires
Quels intérêts à aller plus loin que la banque de matériel ?
Outre l’acquisition et l’utilisation de matériel en commun, la Cuma est aussi un moyen de réfléchir et d’évoluer collectivement.
Publicité