Aller au contenu principal

CONVERSION BIO
Ludovic Réau a retrouvé le goût de l’agriculture

Le passage en agriculture biologique implique une évolution en profondeur de ses pratiques. C’est un choix 
personnel qui nécessite une réflexion à plus ou moins long terme. Un choix fait par Ludovic Réau depuis maintenant deux ans.

En 2019, Ludovic Réau a choisi de convertir son exploitation de 200 hectares en agriculture biologique. 
Une orientation mûrement réfléchie pour ce céréalier qui, avant de faire ce choix, perdait peu à peu le goût de ce qu’il faisait. Installé depuis 1995 sur l’exploitation familiale, il a toujours souhaité avoir une vision élargie de son métier. « Nous avons toujours fait des assolements longs avec beaucoup de diversité culturale, précise-t-il. Une partie de l’exploitation est irriguée, ce qui nous permet d’élargir la variété de nos productions. Nous sommes partis également sur d’autres procédés innovants comme l’agriculture raisonnée ou les semences certifiées censées nous ouvrir d’autres marchés ou améliorer nos rendements. »

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Faune sauvage : une application pour signaler les dégât

Les semis de printemps approchent à grands pas et chaque année, de nombreux dégâts sont causés par la faune sauvage sur ces cultures.

La meilleure pointeuse caprine est formée dans l'Indre

Au concours général agricole du Salon de l’agriculture, une étudiante du CS caprin de la Ferme des Âges s’est distinguée lors de l’épreuve de point

Des vaches de réforme engraissées chez un céréalier

C’est une idée issue d’un échange entre un négociant en bestiaux et un producteur de grandes cultures qui souhaitait valoriser certaines production

Cas de force majeure, mode d’emploi

 Pour éviter de perdre l’accès aux aides PAC, en plus des pertes de marges liées aux excès de pluie, les exploitants concernés doivent faire v

Frelons asiatiques : c’est maintenant qu’il faut piéger !

La reine est la cible à atteindre en cette saison.

Accident du travail : sensibiliser pour éviter le danger

Quatre étudiants du BTS APV ont organisé une conférence à l’EPLEFPA Naturapolis sur les thèmes des risques en agriculture.

Publicité