Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Photovoltaique
L’union fait la force

Le photovoltaïque poursuit son développement en agriculture. Par souci de simplification, beaucoup d’agriculteurs font le choix de se regrouper en SAS pour ficeler leur projet.

Un bâtiment agricole efficient est une plus-value certaine pour une exploitation. Il influe directement sur la productivité et le temps de travail. Depuis plusieurs années, le développement des énergies renouvelables a incité de plus en plus d’agriculteurs à équiper leurs bâtiments de panneaux photovoltaïques. La vente d’électricité solaire va financer une partie de l’investissement. Grâce aux avancées technologiques, les panneaux solaires offrent désormais une efficacité sur du plus long terme.

Par souci d’économie et de simplicité

Dans l’Indre, pas besoin de sillonner longtemps la campagne pour s’apercevoir que les projets ont fleuri ces dernières années. Ce qui est moins visible par contre, ce sont les modalités d’investissement. Pour beaucoup, ces projets sont portés par des Sociétés à Actions Simplifiées (SAS), créées spécialement à cet effet. C’est elles qui sont propriétaires des structures bâties sur du foncier détenu par les associés. Ces SAS permettent une mutualisation des coûts et une plus grande force de négociation avec les constructeurs. Elles sont le lieu d’échanges entre des personnes qui ont un objectif commun. Les règles de construction en matière de bâtiments photovoltaïques sont en effet particulièrement encadrées. Pour les porteurs de projet, ce partage d’expérience offre une sécurité vis-à-vis de la législation en vigueur dont ils n’auraient pas pu bénéficier en individuel.

Savoir faire évoluer son projet

Chaque membre de la SAS aura accès aux mêmes avantages (structure des bâtiments, cout de construction et de raccordement…) que l’ensemble du collectif. Pour rationaliser les coûts, cela peut conduire à réviser son projet personnel. C’est ce que sont en train d’appréhender une cinquantaine d’agriculteurs de l’Indre. Après plusieurs réunions d’information, ils ont décidé de constitué une SAS pour construire plus de 50 bâtiments. Pour faciliter leurs démarches, ils bénéficient du précieux soutien des collègues de la SAS Indre Agri SolElec, constituée en 2014 et qui détient  aujourd’hui 78 bâtiments photovoltaïques. Ce nouveau groupe compte des éleveurs, des céréaliers, répartis dans tout le département. Les uns souhaitent investir pour stocker du grain, du fourrage, du matériel, faire un atelier, les autres pour abriter leurs troupeaux… les finalités sont très diverses. Néanmoins tous s’accordent à dire que la réussite de cette future SAS passera par l’échange et l’adhésion au fonctionnement du groupe. De nombreux pas ont déjà été franchis pour faire évoluer les plans de chacun vers une structure identique pour tous. En effet, dans l’optique de bénéficier de couts attractifs, le plus opportun a été d’opter pour des bâtiments type avec des dimensionnements généralisés. Il en est de même pour le choix du constructeur et du fournisseur d’énergie, ce sont les mêmes sociétés qui vont effectuer tous les chantiers. Une fois ces décisions prises, on entre dans la phase concrète de la mise en oeuvre des projets. Les premiers bâtiments devraient sortir de terre à l’automne 2020.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Vignette
Bilan de départ et formation incontournables
S’ouvrir à l’agriculture de conservation, tel était le thème des deux journées de formation proposées par les JA, les 26 et 27 mars à Valencay.
Vignette
Mesp@rcelles, un accompagnateur du quotidien
Pour la gestion de ses parcelles et sa déclaration PAC, Franck Trabach a adopté depuis déjà plusieurs années, le logiciel mesp@rcelles.
Vignette
Mobilisation générale pour dynamiser le département
Travailler de manière collective pour valoriser toutes les initiatives existantes dans l’Indre, afin d’inverser la tendance au repli sur soi préjudici
Un plan d’action en cours
La progression de la myiase Wohlfahrtia se poursuit de manière inquiétante.
Vignette
La mouche tueuse arrive dans l’Indre
L’assemblée générale du GDMA qui s’est tenue le 29 mars a fait le bilan de 2018.
Préserver une bonne ambiance en bâtiment
Les bâtiments d’élevage réagissent différemment en fonction de la température.
Publicité