Aller au contenu principal

Mélangeuse-pailleuse : un outil de précision pour composer ses rations

Depuis qu'il a investi dans une mélangeuse, Bruno de Cauwer a remarqué qu'il n'y avait plus de refus à l'auge, ni tri et ni gaspillage.

Bruno de Cauwer est conscient depuis longtemps de la nécessité de sécuriser les rations de ses bovins, de limiter les pertes et de gagner en confort de travail. C'est ce qui l'a conduit à acquérir une mélangeuse-pailleuse Kuhn, en 2015. Cet achat a été optimisé en le partageant avec son père, puis avec son frère, Martin, après la reprise de la ferme paternelle. Un investissement de près de 40 000 euros, amorti plus facilement avec les deux cheptels qui comptent 200 vaches charolaises et salers. « Le bol pailleur est adapté à nos structures en termes de capacité, c'est un outil de précision qui nous permet de calculer au plus juste les rations distribuées », déclare l'éleveur de Vicq Exemplet. Avec cet achat, les de Cauwer cherchaient à faire manger de la paille à leurs vaches, à peser les éléments de leurs rations et à adapter les quantités distribuées en fonction des lots.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des couverts aux effets bénéfiques
Nicolas Robert a profité de l'humidité de ce milieu d'été pour implanter ses intercultures.
Premier concours bovin après 18 mois d'absence dans l'Indre
Le concours bovin de Saint-Benoît-du Sault aura bien lieu le 25 août. Une reprise en douceur pour les éleveurs.
Foire de St-Benoît : un marché porteur
Les éleveurs n'hésitent pas à faire des centaines de kilomètres pour se rendre à la foire de Saint-Benoît-du-Sault, tant pour vendre que pour acheter
Teff grass : une alternative séduisante
Face aux changements climatiques, certaines plantes fourragères semblent tirer leur épingle sur jeu et entrent dans l'assolement de quelques éleveurs
« C'est la raison voire la sagesse qui ont guidé ma décision »
A quelques semaines de prendre sa retraite, Robert Chaze quitte la présidence de la chambre d'agriculture de l'Indre.
Agricultrice, rêve de Rachel Denis
Sur différents marchés de la Brenne, Rachel Denis propose ses légumes de saison.
Publicité