Aller au contenu principal

Oser parler pour faire face aux difficultés

Lorsque la situation d’un exploitant agricole se fragilise, l’association Agri2main répond présente. Entre soutien psychologique et conseils de conduite d’entreprise, de nombreux problèmes peuvent y être résolus afin de relancer l’exploitation.

L'aval de l'agriculteur concerné est nécessaire pour lancer le processus d'aide

En 2021, vingt nouvelles demandes d’intervention ont été effectuées, auprès d’Agri2main. Venant en aide aux exploitants en difficulté, l’association départementale suit une quarantaine de dossiers continuellement.  Elle reste mobilisée auprès des agriculteurs qui ressentent le besoin d’être écoutés, de partager avec des professionnels, d’être épaulés dans les démarches ou d’être accompagnés pour redresser une situation particulière. 

UNE AIDE EN RÉSEAU

Depuis une douzaine d’années, les agents du terrain, conseillers à la chambre d’agriculture, fournisseurs, MSA, banques ou encore comptables sont partenaires et jouent le rôle de premier interlocuteur entre agriculteurs et Agri2main. Face à certaines situations complexes, les exploitants peuvent formuler leur besoin d’accompagnement auprès d’un de ces agents qui transmettra la demande à l’association, qui contactera ensuite l’exploitant.  Autre cas possible, le signalement d’une situation par un tiers, à l’association ou à un partenaire. Dans les deux cas, l’exploitant lui-même doit remplir un formulaire attestant vouloir recevoir cette aide. « La démarche fonctionne sur le volontarisme. On ne force personne à nous ouvrir la porte. L’exploitant doit être proactif. On travaille avec lui et non en parallèle », explique Wilfried Gibault, conseiller d’entreprise à la chambre d’agriculture de l’Indre.  Que les difficultés soient économiques ou sociales, l’association est présente pour écouter, renseigner et guider. L’important est d’oser en parler, de ne pas rester seul et ce, dès les premiers signes de fragilité. « Plus la détection d’un mal-être est précoce, mieux c’est », renchérit Christophe Périgord, chef du service entreprise-formation également à la chambre d’agriculture. Evidemment, Agri2main met un point d’honneur à respecter la confidentialité des dossiers, tout en assurant un suivi sur plusieurs années si nécessaire.  

ET APRÈS LE SIGNALEMENT ?

Une fois le formulaire de demande rempli, un conseiller d’entreprise de la chambre d’agriculture et une assistante sociale de la MSA rencontrent l’exploitant concerné et évoquent les difficultés auxquelles il fait face, qu’elles soient économiques, sociales ou médicales, qu’elles concernent un isolement social et/ou familial ou encore une surcharge de travail, voire un burn-out. « Ce dernier point est une des principales difficultés que l’on rencontre et qui souvent en entraîne d’autres. Cela arrive régulièrement lorsque les parents cessent leur activité agricole. L’exploitant se retrouve seul, à faire le travail de deux, voire trois personnes. Sans oublier les difficultés pour embaucher un salarié, le payer ou le garder », explique Christophe Périgord.  Le conseiller, l’assistante sociale et l’exploitant définissent ensuite un accompagnement personnalisé et un plan d’actions possibles pour instaurer une nouvelle cohérence et relancer la dynamique de l’exploitation. Différents leviers peuvent être actionnés : des discussions avec les créanciers, engager le service de remplacement et faire valoir son droit au répit, modifier certaines pratiques agricoles ou encore envisager une reconversion.  Il s’agit souvent de pallier les difficultés structurelles inhérentes à l’entreprise, auxquelles s’ajoutent les difficultés conjoncturelles : mauvaise récolte, dégâts gibiers, intempéries… « Mais peu importe la cause du mal-être, parler est essentiel. Parfois beaucoup de nondits planent et un problème peut en cacher un autre », considère Wilfried Gilbault, avant d’ajouter « se faire aider n’est pas un échec, mais au contraire une chance à saisir pour s’en sortir ».


Contacts :

- Agri2main : Marion Dejoie, tél. : 02 54 29 45 32.

- Chambre d’agriculture de l’Indre : Wilfried Gibault, conseiller d’entreprise, tél. : 02 54 61 61 75, mail : wilfried.gibault@indre.chambagri.fr

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Une très belle présentation de reproducteurs au cadran des Hérolles
Le mercredi 21 septembre, le marché du Cadran des Hérolles et Sélec Viande ont organisé la cinquième vente de taureaux reproducteurs limousins.
Grêle : plus de 200 dossiers déposés
Le 15 septembre, tous les agriculteurs touchés par les épisodes de grêle qui ont traversé le département étaient invités à déposer un dossier auprès d
Garage de Crotz : de la fauche à l’enrubanneuse avec Krone
A Rivarennes, le Garage de CrotzDupin équipement a organisé une journée portes ouvertes le 13 septembre.
Les caisses locales partenaires de la ferme des Bordes
C’est désormais acté.
L’histoire du département ouvre ses portes
A l’occasion de la 39e édition des Journées européenne du patrimoine, plus de soixante animations et visites sont prévues dans le département, tout au
L’agriculture, poumon vert de la ruralité
 La FDSEA de l’Indre et les JA 36 ont profité de la venue dans l’Indre de Dominique Faure, secrétaire d’état à la ruralité, et de son conseiller, pour
Publicité