Aller au contenu principal

Paille: Des rendements en-deçà de la normale

Du fait du développement des cultures fortement impacté par les intempéries et les ravageurs, on enregistre une diminution importante de la biomasse et certains éleveurs craignent des difficultés d’approvisionnement en paille.

  Cette année, les rendements en paille sont en dessous de la moyenne avec de grands écarts. Si le tonnage de certaines parcelles est acceptable, dans d’autres il est catastrophique. Cette situation particulièrement exceptionnelle touche l’ensemble du département et quasiment toutes les exploitations. Pour Alexandre Aubard éleveur à Mouhers, les rendements sont moindres qu’habituellement : de 10 ha d’orge il en a tiré 120 bottes de paille. « Pour le moment je ne sais pas si mes stocks seront suffisants et pour en trouver c’est très compliqué vu la situation ».

Chez Olivier Rollinat, éleveur à Saint-Plantaire, les rendements en grains vont de 35 à 40 q. « J’ai tout fait pour obtenir entre 70 et 80 q, tout ce qui a été semé de bonne heure c’est catastrophique. Heureusement que je prends ma paille tous les ans chez le même fournisseur à Saint-Valentin avec un autre agriculteur, nous avons 70 ha de réservés pour nous deux ». Bien lui en a pris.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Un séchoir à grains géré en Cuma
 A Belâbre, la Cuma du Petit Mareuil s’est dotée d’un séchoir à grain dernier cri.
« La formation, le meilleur moyen d’avancer »
Présidente du comité Centre-Val de Loire du Vivéa et élue à la chambre d’agriculture chargée de  la  formation,  Brigitte  Bergère  insiste  sur l’imp
La campagne 2021/2022 est lancée
Le catalogue des formations de la chambre d’agriculture est désormais disponible pour la campagne 2021/2022.
Moins d’intrants, moins de tracteurs… place à l’observation
 Régis  et  Jean-François  Feignon  ont  expliqué  aux  participants d’une  journée  organisée  par  la  chambre  d’agriculture,  le  cheminement  qui
Un défi sanitaire et financier
 En 2020, la MSA Berry-Touraine a adapté ses missions pour faire face à la pandémie.
Publicité