Aller au contenu principal

Plusieurs leviers actionnés pour un pilotage serré de sa fertilisation azotée

  Fertiliser ses cultures représente aujourd’hui une part très conséquente de ses coûts de production. Viser l’autonomie et acheter un minimum d’engrais demandent une réflexion et des adaptations de l’ensemble de son exploitation. C’est le choix fait par Arnaud Labesse depuis plusieurs années.

Arnaud Labesse est polyculteur-éleveur à Chassignoles. Il travaille en zone vulnérable dans un sol sableux avec un faible potentiel de rendement. « La moyenne s’élève à 60 quintaux sur cinq ans », exprime-t-il. Il mène depuis quelques temps une réflexion sur les apports de fertilisation et leur gestion pour tout son assolement composé de blé tendre, blé dur, orge, seigle, épeautre, pois d’hiver, colza, tournesol, luzerne et herbe pour ses prairies. Au total, il cultive 222 ha dont 75 ha de cultures.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des vaches de réforme engraissées chez un céréalier

C’est une idée issue d’un échange entre un négociant en bestiaux et un producteur de grandes cultures qui souhaitait valoriser certaines production

Cas de force majeure, mode d’emploi

 Pour éviter de perdre l’accès aux aides PAC, en plus des pertes de marges liées aux excès de pluie, les exploitants concernés doivent faire v

Frelons asiatiques : c’est maintenant qu’il faut piéger !

La reine est la cible à atteindre en cette saison.

Accident du travail : sensibiliser pour éviter le danger

Quatre étudiants du BTS APV ont organisé une conférence à l’EPLEFPA Naturapolis sur les thèmes des risques en agriculture.

DES CLÔTURES PERMANENTES POUR GAGNER DU TEMPS

Alexandre Carrion, éleveur charolais à Briantes dans l’Indre, a accueilli la journée porte ouverte clôture sur son exploitation.

PÂTURAGE EN ÉTOILE : DIX PADDOCKS POUR PLUS DE SOUPLESSE

Pour le pâturage de ses vaches suitées, Aurélien Gout a opté pour un pâturage tournant découpé en étoile.

Publicité