Aller au contenu principal

CONJONCTURE
Prix des broutards mâles : l'incompréhension

Depuis l'effondrement des cours dans l'été, le prix des broutards est toujours à la peine avec un marché au ralenti. Les laitonnes, quant à elles, semblent un peu mieux s'en sortir. Sur le terrain, la FNB réfute les éléments de réponses émis par les coopératives pour expliquer cette situation.

Le marché du taurillon va mal. Les jeunes bovins (JB) finis ont perdu entre 40 et 50 cts du kilo/carcasse entre l'ouverture du marché en janvier 2020 et celui de ce début janvier 2021 », annonce Eric Mavigner, responsable commercial en maigre à la Celmar. Les JB se trouvent, de ce fait, actuellement à près d'1 euro en-dessous du coût de production, « soit un manque à gagner de 450 euros par animal sur l'année », déplore la FNB. Cette chute des cours se répercute sur celui des broutards et les éleveurs ont perdu, depuis la mi-juillet dernier, environ 150 euros par animal, « soit une perte de 30 % de leur revenu annuel extrêmement bas », souligne le syndicat.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

L'agriculture : star d'une expo photo
Entre Indre et Creuse, à proximité de Sainte-Sévère, l'agriculture est photogénique.
Les services de l’Etat sur le terrain
La DDT, la chambre d’agriculture et la MSA sont allées à la rencontre des agriculteurs sinistrés par les trois récents orages de grêle, le 19 juin, à
Le coup de grêle de trop !
Pour la troisième fois en un mois, la grêle a sévi dans le département.
Rendements hétérogènes et de qualité moyenne
 Les moissons battent leur plein depuis une dizaine de jours. Les orges, dont la récolte se termine, sont à la peine selon les secteurs.
Un pulvérisateur ultra-localisé en démo dans l'Indre
Après quatre ans de tests, le pulvérisateur Snipper est désormais en phase de commercialisation, rendant possible et concrète la pulvérisation ultra-l
La filière piscicole garde le cap
Le premier rendez-vous annuel de la filière piscicole du Centre-Val de Loire s'est tenu à Lureuil, le 10 juin.
Publicité