Aller au contenu principal

Quand des motards veillent sur les plus démunis

Une fois par mois, les personnes vulnérables, isolées peuvent compter sur la présence des motards de United Riders. Vêtements, produits d’hygiènes et réconfort sont autant de besoins comblés par l’ONG. Immersion avec l’antenne de Déols-Châteauroux.  

Les personnes vulnérables viennent chercher des produits d’hygiène ou des vêtements, mais de l’écoute aussi. Une fois par mois, les United Riders leur offrent l’occasion d’échanger et de de parler.

Si les dons de nourritures à destination de personnes dans le besoin sont plus habituels, ceux de produits d’hygiène ou de vêtements semblent moins récurrents, alors que la demande est tout aussi importante. Les United Riders (UR) tentent de combler ce manque. Cette association est la première ONG de motards au monde. Elle ne perçoit aucune subvention de l’Etat. Un choix qui lui assure une indépendance vis-à-vis des pouvoirs politiques, économiques ou religieux. Elle rejette également les fondements du Charity Business*. Vingt-et-une antennes sont installées en France. Celles de Châteauroux-Déols existe depuis cinq ans. « On est là depuis le début. Nous sommes une des plus anciennes antennes de l’association », indique Sylvain, membre des UR de Châteauroux-Déols, « nous sommes cinq motards portant les couleurs des UR et huit réservistes, bénévoles ».

MARAUDE À CHÂTEAUROUX

Le dernier jeudi de chaque mois, Sylvain, Pascal, Florent, Louis et Hervé, motards, ainsi qu’Isabelle et Thierry (alias Titi), bénévoles réservistes des United Riders, se rassemblent dans leur local à Déols, avant de partir en maraude à Châteauroux. « Les non-motards peuvent aussi être bénévoles, il n’y a pas besoin de porter les couleurs des UR pour aider et devenir réserviste dans l’association », explique Sylvain. Titi témoigne : « même si on est réserviste, nous avons vraiment le sentiment de faire partie d’un groupe. Il n’y a pas de distinction, si ce n’est le blouson brodé United Riders ». Une fois le camion chargé de caisses de vêtements, de chaussures et de produits d’hygiène, le départ de Déols est lancé, les motards en tête. Lors du trajet, les passants se retournent souvent au passage des motos. Certains reconnaissent l’association et les saluent d’un signe de la main. A proximité de la place de la République, les personnes dans le besoin sont déjà nombreuses à s’être rassemblées. De mars à octobre, les motards organisent les maraudes rue de la poste. Depuis début novembre, ils se situent à proximité du stand de la Croix Rouge, place Voltaire. 

UN PEU DE CONTACT HUMAIN

L’action des UR est bien connue des personnes vulnérables. Nombreuses sont celles qui, malheureusement, reviennent tous les mois, d’une maraude à l’autre, récupérer un ou deux vêtements, des produits pour la toilette, mais aussi pour discuter. « C’est une démarche qui rejoint nos idées et nos valeurs. Je suis passé par le monde du besoin et j’ai eu la chance de pouvoir m’en sortir. Maintenant, c’est normal pour moi d’aider. Même si on ne fait pas grand-chose, on apporte de la chaleur humaine, on les écoute, ils nous écoutent. On leur apporte ce petit rayon de joie et de soutien » note Thierry. Isabelle  Isabelle renchérit : « Cela nous fait du bien aussi, d’offrir un peu d’humanité. On a l’impression d’être utile ». « Lors des maraudes, nous parlons également avec les passants. Nous voulons les sensibiliser à cette cause et leur expliquer notre démarche. Nous ne sommes pas que des motards déguisés, habillés en noir et bleu. Ce n’est pas pour rien si la devise des UR c’est : “ On sait ce qu’il faut faire et on le fait ! ” », souligne Pascal. 

FAIRE DES DONS DE PRODUITS D’HYGIÈNE

Des enseignes se sont associées au mouvement et permettent aux UR de poursuivre leur engage ment. « L’enseigne Dafy Moto à Châteauroux nous aide énormément. Les particuliers peuvent y déposer les dons que nous venons chercher ensuite », précise Sylvain. Sous-vêtements, jeans, chaussettes, produits d’hygiène féminine, déodorants, lingettes, rasoir et mousse à raser sont essentiellement ce dont l’association a le plus besoin. « Les besoins varient en fonction des températures, on va également commencer à distribuer des couettes, pulls et manteaux », ajoute Pascal. Tout au long de l’année, les UR organisent des événements afin de récolter des dons ou de l’argent et de poursuivre l’action menée, à ’image de l’opération « 100 motos pour sans-abris » ou encore du « Homeless run » qui a lieu tous les ans en octobre et où chaque participant amène un don en guise de participation. L’édition 2022 a rassemblé plus de 115 motos. « Nous ne vivons qu’avec les dons, ils sont donc essentiels et sont moteurs de l’association », conclut Sylvain.


Pour en savoir plus : unitedriders.chateaurouxmail.com ou sur les réseaux sociaux.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Valoriser au mieux ses effluents d’élevage
  Le pilotage de la fertilisation pour cette campagne s’avère délicat compte tenu de la flambée inédite des prix des engrais.
Limousine, sa rusticité passionne encore
Les critères de sélection de la race limousine ont évolué au fil du temps.
LE TÉLESCOPIQUE, UN « INDISPENSABLE » CHEZ LES ÉLEVEURS
  Fiabilité, maniabilité, visibilité ou encore facilité d’entretien… voici les principaux arguments qui ont poussé deux éleveurs laitiers à choisir le
Hausse de prix des fromages fermiers : une nécessité
Lors de journée régional fromagère, Jennifer Baudron, de la chambre d’agriculture du Loir-et-Cher, a présenté les coûts de production en 2021 et les e
Aléas climatiques : s’assurer une sécurité financière
Samuel Delale, céréalier à Châtillon-sur-Indre, a été confronté à la grêle en 2022.
Une nouvelle pépinière, un atout pour l’agrotourisme
Arnaud Schoofs et Marline Berghmans ont inauguré leur pépinière spécialisée en fruitiers du terroir, le 11 janvier à Buzançais.
Publicité