Aller au contenu principal

Jeunes bovins
Réduire les maladies respiratoires, un levier pour la filière

La préparation sanitaire des broutards à la vente est un enjeu pour la filière viande bovine qui s’est emparée de la question. Lors d’une web conférence, Elise Vanbergue, de l’Idele, est revenue sur l’incidence des troubles respiratoires.

Les maladies respiratoires des jeunes bovins nuisent au bien-être des animaux et induisent une baisse de performance. Près de la moitié des élevages naisseurs constatent des maladies respiratoires sur leurs veaux, dans les deux premiers mois de leur vie. Des pathologies qui impactent l’élevage à hauteur d’environ125  euros par veau malade, avec 45  euros  de  frais  vétérinaire  par UGB.  «  Les  troubles  respiratoires sont le principal problème de santé en atelier d’engraissement des jeunes bovins.  Ces  pathologies  se  déclarent généralement dans le mois suivant l’arrivée des veaux dans l’atelier. Ce qui  se  traduit  par  une  perte  de  près de 4  000  euros par an pour un atelier  de  150  jeunes  bovins,  ayant  une incidence  modérée  »,  explique  Elise Vanbergue, chargée de mission au service bien-être et santé des ruminants à l’Institut de l’Elevage.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des couverts aux effets bénéfiques
Nicolas Robert a profité de l'humidité de ce milieu d'été pour implanter ses intercultures.
Premier concours bovin après 18 mois d'absence dans l'Indre
Le concours bovin de Saint-Benoît-du Sault aura bien lieu le 25 août. Une reprise en douceur pour les éleveurs.
Foire de St-Benoît : un marché porteur
Les éleveurs n'hésitent pas à faire des centaines de kilomètres pour se rendre à la foire de Saint-Benoît-du-Sault, tant pour vendre que pour acheter
Teff grass : une alternative séduisante
Face aux changements climatiques, certaines plantes fourragères semblent tirer leur épingle sur jeu et entrent dans l'assolement de quelques éleveurs
« C'est la raison voire la sagesse qui ont guidé ma décision »
A quelques semaines de prendre sa retraite, Robert Chaze quitte la présidence de la chambre d'agriculture de l'Indre.
Agricultrice, rêve de Rachel Denis
Sur différents marchés de la Brenne, Rachel Denis propose ses légumes de saison.
Publicité