Aller au contenu principal

Lentilles vertes du Berry
Rendement à la peine et petit calibre

Les faibles rendements 2019 ne feront pas référence en la matière, le manque d’eau et les fortes chaleurs ont eu raison de la croissance des lentilles.

Juste sortis des blés, les producteurs de lentilles étaient à pied d’oeuvre en fin de semaine dernière. Les chantiers s’enchaînent et le constat aux quatre coins de la zone d’appellation est le même : le calibre du cru 2019 est petit, plus petit que la norme requise par le cahier des charges, qui fait état d’un diamètre compris entre 4 et 6 mm.

 

Selon les parcelles battues, la lentille flirte avec les 3.5 mm de diamètre. « Nous allons peut-être demander une dérogation auprès de l’INAO concernant le calibre, comme nous l’avions déjà fait sur la récolte 2017, pénalisée là aussi par de petits  rendements et des toutes petites lentilles. Nous demanderons la possibilité de commercialiser une lentille comprise entre 3,5 et 6 mm de diamètre. En 2017, nous avions fait des tests organoleptiques sur la demande de l’INAO et ces tests n’avaient pas montré de défauts de qualité ou de perte de saveurs », détaille Cécile Taillandier, responsable commerciale de la Société Cibèle.

 

Une récolte délicate avec de faibles rendements
Le faible calibre est la conséquence directe du manque d’eau. « Depuis son implantation, en mars-avril, nous souffrons du déficit hydrique. La levée était délicate, longue, de façon hétérogène dans les parcelles, en plusieurs fois », souligne Florent Limousin, producteur à Vatan et Brion.

 

Le 18 juillet, sous sa batteuse défilait, lentement, ses 25 hectares de lentilles, des plantes plus petites qu’à l’accoutumée, demandant une vigilance de tout instant pour ne pas remonter de cailloux dans la barre de coupe. Afin de récolter le maximum de lentilles, le producteur bat son champ toujours dans le même sens. « Aujourd’hui, avec la brise, elles regardent vers Châteauroux, alors je les prends à rebrousse poil. Malgré cette méthode, la trémie ne se remplit pas vite. C’est une mauvaise récolte, le grain est petit par manque d’eau et la canicule l’a cuit. En quantité, ça ne sera pas fameux mais n’ayant pas été sujette aux maladies, on espère que la qualité sera là », espère Florent.

 

Sur le secteur d’Issoudun, dans des terres très superficielles, les rendements sont plutôt faibles autour de 15 q. Et, autour de Brion/Saint-Aoustrille, les 20 q de moyenne sont à peine atteints, « dans tous les cas, petit calibre cette année, mais jolie couleur et beau grain même petit. Très peu de casses, conditions de récolte parfaites », résume Cécile Taillandier.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

« C’est beaucoup de frustration de ne pouvoir présenter notre travail »
Le concours de la Châtre draine au-delà des frontières indriennes.
Vignette
Des reproducteurs visibles sur rendez-vous
Les événements, salons, foires, concours ont été annulés ou reportés un à un au fil de l’année.
Nouveau report de paiements MSA
Avec le nouveau confinement, le gouvernement a décidé, comme au printemps, d’accorder des délais pour le paiement des cotisations sociales.
Vignette
Le cycle des adventices rompu par les prairies
A la tête d’un cheptel de 130 limousines, Olivier Fradet cherche à limiter les adventices tout en réduisant l’usage des phytos.
« Il faut absolument appliquer les règles de biosécurité »
Philippe Van den Broek, président d'Ariporc se veut rassurant quant à l'épidémie de PPA. Il insiste cependant pour que les éleveurs et l'ensemble des
Vignette
La filière porcine inquiète
Les éleveurs de porcs scrutent avec anxiété la progression de la PPA en Europe.
Publicité