Aller au contenu principal

SE FORMER POUR SÉCURISER LES CHANTIERS

Outil bien souvent thermique et dangereux, la tronçonneuse entraîne chaque année beaucoup d’accidents dans les forêts françaises. Depuis 2010, il est possible de passer son « permis tronçonneuse. » L’occasion d’aborder, entre autres, les règles de sécurité indispensables à une bonne utilisation.

Le permis est à destination des utilisateurs de tronçonneuses, qu’ils soient professionnels ou particuliers.

Dix-neuf établissements de France métropolitaine sont agréés pour proposer le permis tronçonneuse. « Ce permis est à destination des utilisateurs de tronçonneuses, qu’ils soient professionnels ou particuliers. Certains de nos stagiaires l’utilisent de façon quasi-quotidienne, quand d’autres l’emploient de manière très occasionnelle », précise Antoine Vuillaume, responsable de formation.

POUR QUEL PUBLIC ?

Parmi les stagiaires formés chaque année, « beaucoup sont des employés municipaux affectés aux espaces verts », détaille le responsable. Une autre partie non négligeable est constituée de militaires ou d’agriculteurs. La formation, identique et reconnue sur tout le territoire européen, est également ouverte aux particuliers, bien souvent producteurs de bois de chauffage. « Cette formation n’a rien d’obligatoire, rappelle-t-il. Le code du travail stipule uniquement que tout opérateur doit être formé à son poste de travail. » Elle se décompose en quatre niveaux, appelés ECC1, 2, 3 et 4 (cf. encadré).

UNE FORMULE « TOUT COMPRIS »

L’établissement d’enseignement dispose en général de son propre matériel, mis à disposition des apprenants. « Nous leur prêtons les machines et surtout les équipements de protection individuelle (EPI), souligne Antoine Vuillaume. En effet, lors du suivi de l’ECC1, peu de stagiaires disposent des EPI indispensables » (cf. encadré).  Mais il est tout à fait possible pour qui le souhaite d’amener son propre matériel. Et le prix dans tout ça ? « Le module ECC1 dure une journée et demie pour un montant de 300 euros, décrit-il. L’ECC2 dure quant à lui trois jours pour un montant total de 700 euros. A la fi n de chaque cursus, un test est réalisé pour vérifier les connaissances de chacun. Beaucoup de stagiaires qui suivent l’ECC1 reviennent pour l’ECC2 afin d’approfondir leurs connaissances. Nous leur conseillons de laisser quelques mois entre ces deux niveaux pour qu’ils puissent s’entrainer, dans l’idéal en forêt. » A l’issue du test, chaque stagiaire repart avec une carte, valable dans toute l’Europe, sur laquelle est inscrit un numéro d’identifiant.


Un permis à quatre niveaux

Le permis de tronçonneuse se décline en quatre niveaux, appelés ECC (European Chainsaw Certificate) :
• ECC1 : apprentissage des règles de sécurité pour l’opérateur et son environnement, entretien quotidien de la machine (affûtage chaine, filtre à air...), ébranchage, découpe de petites bûches.
• ECC2 : abattage et façonnage d’arbres inférieurs à 38 cm de diamètre.
• ECC3 : abattage et façonnage de bois supérieurs à 38 cm de diamètre.
• ECC4 : façonnage de bois en tension (bois issus de tempête, arbres chablis (déracinés), etc.).
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Introduire des cultures d’été pour un effet de rupture

La gestion des adventices est un des axes de travail de la plateforme Syppre Berry.

« L’agriculture, notre flamme, votre futur »

Depuis le 1er mars, les Jeunes agriculteurs de l’Indre avec le soutien  du Conseil départemental de l’Indre, diffusent sur les réseaux sociaux

Les plateformes Syppre, par et pour les agriculteurs

 Le dispositif expérimental Syppre, via ses cinq plateformes en France, accompagne les agriculteurs vers de nouveaux systèmes de production, t

Communiquer autour de l’élevage porcin pour contrer les aprioris

Samedi 18 mai, Philippe van den Broek a ouvert les portes de son exploitation.

L’arum, une plante singulière

De grandes feuilles vertes, visibles au cœur de l’hiver, une fleur et des fruits pas ordinaires, des surnoms qui ne le sont pas moins et, pour fini

Les pluies perturbent une fois de plus les semis

Après les cultures d’hiver malmenées par les intempéries, l’espoir s’était cristallisé sur les semis de cultures d’été.

Publicité