Aller au contenu principal

Semé sous plastique, le maïs lève plus vite

  La plastisemeuse permet de réaliser des semis de maïs sous un film de protection plastique, ce qui représente un certain coût. Une entreprise de maraichage du Loir-et-Cher l’utilise pour sa production de maïs doux.

Le semis de maïs sous plastique  est  courant  en Bretagne et dans le nord de la  France. Dans nos régions, seuls quelques agriculteurs y ont recours.  C’est  le cas à  Soings-en-Sologne  dans  le  Loir-et-Cher,  des frères Janvier qui ont repris l’entreprise  de  maraichage  familiale. Depuis deux ans, ils sèment 30  ha de maïs doux sous paillage plastique, une pratique qui procure plusieurs avantages agronomiques, mais qui reste chère à l’usage.  «  Pour moi, il n’y a pas d’intérêt  de faire du  maïs ensilage ou du maïs grain de cette manière, explique David Poulas, salarié de  l’entreprise  et  responsable  des chantiers de semis de maïs.  Le coût de la semence couplé au coût de semis n’est clairement pas rentable.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

De meilleures conditions de travail à venir pour les aides à domicile de l’Indre

Familles Rurales de l’Indre a entamé un projet expérimental à l’aide de La Grande Bobine, institut territorial des transformations publiques.

Atelier de transformation : bien réfléchir pour le réussir !

 Le GDMA de l’Indre a organisé une formation afin d’aider les porteurs de projets de transformation carnée à conceptualiser et réaliser un ate

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

FDSEA et JA : « faisons appliquer la loi »

 La défense du revenu agricole passe notamment par le respect de la loi Egalim et un affichage de l’origine des produits conforme à la réalité

Trouver les leviers pour se dégager du temps

Cinq ans après son installation à Levroux, Quentin Duterde a construit un bâtiment d’élevage qui lui ressemble et répond à ses aspirations professi

Seuil de Bénavent : plus de peur que de mal pour l’instant

Mauvaise surprise jeudi 15 février, au petit matin, une brèche s’est formée sur le seuil de Bénavent, à PoulignySaint-Pierre.

Publicité