Aller au contenu principal

Véronique Jouhannet, Parnac
« S’intéresser à ce qu’on va faire de notre profession »

Qui êtes-vous ?

J’ai 49 ans, je suis agricultrice depuis 2013 après avoir été conjointe collaboratrice puis salariée sur l’exploitation de mon époux. Nous sommes aujourd’hui en GAEC. Nous avons 194 ha essentiellement de prairie et un peu de maïs ensilage. Nous élevons 150 vaches limousines. Nous valorisons chaque année 15 à 20 vaches grasses en vente directe à la ferme essentiellement. Parfois les clients que nous recevons nous posent des questions sur l’élevage, notamment quand ils viennent à une heure où mon mari est disponible, mais le plus souvent les gens ont besoin d’échanges. C’est encore plus vrai depuis qu’on a aménagé une salle spécialement pour l’accueil. Ils viennent surtout par le bouche à oreille et chaque mois, on a un ou deux clients nouveau. Nous faisons également 2 ou 3 fois par an des déplacements en région parisienne et lyonnaise. A la ferme, nous avons également rénové une maison que nous louons en gite. En dehors des tâches administratives, je suis présente sur l’exploitation pour la période des foins et au quotidien pour le soin des animaux pendant l’hiver, quand notre salarié n’est pas là.

Vous êtes candidate aux élections chambre d’agriculture. Quelles sont vos motivations ?

Nos deux garçons sont grands maintenant. Je peux donner de mon temps et m’intéresser à ce qu’on va faire de notre profession. La chambre d’agriculture pour moi, c’est un lieu d’échanges, un endroit où on répond à nos questions et où l’on nous conseille et forme. Je suis sensible à la dimension sociale de notre profession, à l’action pour le bien de chacun. Et puis en tant que femme, j’entends représenter le côté féminin de la profession

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Introduire des cultures d’été pour un effet de rupture

La gestion des adventices est un des axes de travail de la plateforme Syppre Berry.

« L’agriculture, notre flamme, votre futur »

Depuis le 1er mars, les Jeunes agriculteurs de l’Indre avec le soutien  du Conseil départemental de l’Indre, diffusent sur les réseaux sociaux

Les plateformes Syppre, par et pour les agriculteurs

 Le dispositif expérimental Syppre, via ses cinq plateformes en France, accompagne les agriculteurs vers de nouveaux systèmes de production, t

Communiquer autour de l’élevage porcin pour contrer les aprioris

Samedi 18 mai, Philippe van den Broek a ouvert les portes de son exploitation.

L’arum, une plante singulière

De grandes feuilles vertes, visibles au cœur de l’hiver, une fleur et des fruits pas ordinaires, des surnoms qui ne le sont pas moins et, pour fini

Les pluies perturbent une fois de plus les semis

Après les cultures d’hiver malmenées par les intempéries, l’espoir s’était cristallisé sur les semis de cultures d’été.

Publicité