Aller au contenu principal

Transmission du métier de vigneron : du réel au virtuel

A 25 ans, Emile Coddens, second de chai au domaine Plou et fils à Chargé (37), fait le buzz sur la toile.

"Je souhaite avant tout promouvoir l’ensemble de la profession. Raison pour laquelle je fais régulièrement allusion à d’autres appellations."

Salarié sur le domaine familial, Emile Coddens est second de chai depuis l’obtention de son BTS viti-œnologie. Il s’occupe également de la réception des touristes qui affluent bien souvent par bus entier sur l’exploitation viticole ligérienne, à Chargé. Il aime à présenter son métier à ces visiteurs bien souvent néophytes. Mais les vendanges 2020 furent particulières pour lui : « C’était étrange de ne recevoir personne sur le domaine », se souvient le jeune viticulteur. « Je souhaitais continuer à présenter mon métier, à en parler auprès des consommateurs. Je me suis donc orienté vers le digital. Je savais que je toucherais beaucoup de monde via ce canal, d’autant plus en période de pandémie. » Pendant toute une année, Emile diffuse une à deux vidéos par jour, toutes en relation avec le métier de vigneron. Des thèmes aussi variés que la dégustation, le travail en vert dans les vignes ou encore l’embouteillage sont décortiqués dans des vidéos relativement courtes. « A l’origine, je ne pensais vraiment pas que les internautes auraient autant d’engouement, se réjouit Emile. Je me suis servi du réseau social Tik Tok. De vidéo en vidéo, le nombre d’abonnés à ma page a augmenté et c’est aujourd’hui pour moi une réelle réussite. » 

UN RYTHME SOUTENU

Aujourd’hui, Emile Coddens totalise 530 000 abonnés à sa page virtuelle et certaines de ses vidéos dépassent le million de vues. « J’ai diminué ma fréquence de diffusion, précise-t-il. Dorénavant, je poste entre une et deux vidéos par semaine. » Deux raisons à cette baisse : la disponibilité – « Je suis avant tout second de chai », souri-t-il – mais également les thèmes à aborder. « Même s’il est possible de traiter un même sujet de façons différentes, j’ai fait un peu le tour depuis ces deux années. » Ce n’est pas spécialement le montage des vidéos qui est le plus chronophage. « Ce qui me prend le plus de temps ce sont les interviews, la participation à différents plateaux-télé etc. » En effet, le jeune vigneron a même écrit un livre sur le thème du vin : « Le vin, ça se partage ! ». Outre les revenus financiers qui émanent de cet ouvrage, il a réussi à lier des partenariats avec des domaines viticoles, des appellations, voire des instituts qui gravitent autour du vin. « J’ai dû créer une microentreprise pour gérer tout ça », se réjouit-il. « Même si le thème d’influenceur m’effrayait au début, je suis heureux de cette réussite mais je garde les pieds sur terre. »

PROMOUVOIR LE MÉTIER

Autre point primordial pour le jeune vigneron : la promotion du métier. « Dans mes vidéos, je ne mets pas en avant l’appellation touraine et encore moins le domaine Plou et fils. Je souhaite avant tout promouvoir l’en- semble de la profession. Raison pour laquelle je fais régulièrement allusion à d’autres appellations, qu’elles soient re- connues ou pas, comme en Bourgogne ou dans le Bordelais. » Reste que la frontière est parfois mince : « Beaucoup de domaines viticoles peinent à recruter aujourd’hui. Notamment pour les travaux dans les vignes. Aujourd’hui, ma petite notoriété pourrait sans doute contribuer à nous aider à trouver du personnel, mais c’est délicat pour moi de mettre le domaine Plou et fils en avant, alors que je fais cette activité annexe avant tout pour l’ensemble des vignerons de France. D’ailleurs, les professionnels de la filière m’ont accepté avec enthousiasme et je m’en réjouis. » Est-ce utile de préciser que ses vidéos sont autant regardées par les néophytes que par les professionnels ? Un bel avenir donc, pour ce jeune Tourangeau qui, malgré une certaine notoriété sur la toile, garde les pieds dans le vignoble !

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Une très belle présentation de reproducteurs au cadran des Hérolles
Le mercredi 21 septembre, le marché du Cadran des Hérolles et Sélec Viande ont organisé la cinquième vente de taureaux reproducteurs limousins.
Grêle : plus de 200 dossiers déposés
Le 15 septembre, tous les agriculteurs touchés par les épisodes de grêle qui ont traversé le département étaient invités à déposer un dossier auprès d
Garage de Crotz : de la fauche à l’enrubanneuse avec Krone
A Rivarennes, le Garage de CrotzDupin équipement a organisé une journée portes ouvertes le 13 septembre.
Les caisses locales partenaires de la ferme des Bordes
C’est désormais acté.
L’histoire du département ouvre ses portes
A l’occasion de la 39e édition des Journées européenne du patrimoine, plus de soixante animations et visites sont prévues dans le département, tout au
L’agriculture, poumon vert de la ruralité
 La FDSEA de l’Indre et les JA 36 ont profité de la venue dans l’Indre de Dominique Faure, secrétaire d’état à la ruralité, et de son conseiller, pour
Publicité