Aller au contenu principal

Transmission : Un élevage à l'accent néerlandais

L'élevage limousin du Moulin Mou, à Tendu, a changé de main. Tim et Mary Beedell ont transmis leur exploitation à Freek Van Diemen, fraîchement débarqué des Pays-Bas. Rencontre.

L 'heure de la retraite approchant pour les Beedell installés depuis près de 30 ans au Moulin Mou, à Tendu, la question du devenir de leur affaire s'est posée. Celle-ci a failli rester dans les mains d'Anglais comme eux, mais le couple qui semblait, il y a 5 ans, emballé a fait machine arrière. « A cause du Brexit, les Britanniques sont devenus plus frileux et ont cessé toutes les démarches », constate Mary Beedell. Les polyculteurs-éleveurs ont alors inscrit leur exploitation au Registre Départ d'Installation (RDI), en 2017. Accompagné par Aurélie Brunet, conseillère transmission-installation de la chambre d'agriculture de l'Indre, le couple rencontre plusieurs candidats français intéressés par l'intégralité de l'exploitation, soit les 260 ha. « Nous sommes propriétaires d'une partie du domaine ; le reste est en fermage. Nous avons pris la décision de tout mettre en fermage pour notre successeur.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

350 béliers attendus sur la butte de Saint-Benoît-du-Sault
Après une pause en 2020, la foire ovine de Saint-Benoît-du-Sault revient pour sa 40e  édition, le 4 août, dans une version édulcorée mais très attendu
Aide aux éleveurs allaitants, mode d’emploi
Les éleveurs allaitants avec un revenu disponible de moins de 11000 € sur le dernier exercice  peuvent faire   la demande d’accès à l’aide de 41 € par
Renard : éleveurs, déclarez vos dégâts !
Le manque de déclarations de dégâts pourrait remettre en cause le statut du renard en tant qu'espèce susceptible d'occasionner des dégâts.
Le faible potentiel des premières coupes de juillet
A la faveur d’un créneau opportun début juin, de nombreuses prairies ont pu être fauchées.
Recherche aliments non OGM désespérément
La crise de l’alimentation animale non OGM se poursuit.
Comment appréhender la fertilisation de sa prairie ?
Le pilotage de la fertilisation azotée des prairies multi-espèces doit s’effectuer selon le ratio graminées légumineuses.
Publicité