Aller au contenu principal

Trois foyers détectés en moins de dix jours

En décembre, trois nouveaux foyers de l’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) ont été décelés dans le département : un à Saint-Michel-en-Brenne, un à Poulaines et un dernier à Dun-le-Poëlier. Ces derniers font l’objet de mises en place de périmètres de biocontrôle dans l’Indre,  le Cher et l’Indre-et-Loire.

Image d'illustration

Avec les cas décelés midécembre, l’Indre a été touché cinq fois par l’inf luenza aviaire hautement pathogène (IAHP) en 2022. Après des oies d’une basse-cour de Rivarennes en février, des oiseaux de collections fraîchement acquis à La Berthenoux en septembre, un élevage de dindes de Rouvresles-Bois en novembre, trois nouveaux foyers ont été révélés lors de la dernière quinzaine de décembre à Saint-Michel-enBrenne, à Poulaines et à Dunle-Poëlier. Mi-décembre, à Saint-Michelen-Brenne, ce sont cinq cygnes sauvages qui ont été touchés par l’épizootie. En réaction, les services de l’Etat ont mis en place une zone de contrôle temporaire (ZCT) englobant une trentaine de communes de l’Indre et de l’Indre-et-Loire. Également à cette période, c’est au sein d’une basse-cour de Gallus et de canard de Barbarie à Poulaines que le virus a été détecté, entrainant un arrêté préfectoral le 21 décembre, dans un rayon de 20 km autour du foyer incluant des communes du Cher. Une troisième ZCT, à cheval sur l’Indre et le Cher, a été mise en place le 27 décembre, après la découverte d’une oie bernache du Canada sauvage retrouvée agonisante le 21 décembre à Dun-le-Poëlier, et sur laquelle le virus a été identifié le 23 décembre.

DES MESURES POUR LIMITER LA PROPAGATION DU VIRUS

Les services de l’Etat indiquent qu’au sein de ces ZCT, il est procédé au recensement de tous les lieux de détention de volailles ou d’autres oiseaux captifs à finalité commerciale et non commerciale. Les exploitations sont soumises à un certain nombre de mesures afin d’éviter la propagation de la grippe aviaire au sein du compartiment domestique. Il s’agit notamment de la mise à l’abri des animaux concernés, de la protection de leur alimentation et leur abreuvement. Les détenteurs de volatiles ont également l’obligation de renforcer les mesures de biocontrôle telles que la désinfection des véhicules et des personnes aux entrées et sorties des élevages, tout en sachant qu’il est fortement recommandé de limiter ses mouvements. Ces zones de contrôle temporaires seront levées « au vu d’une évolution favorable durant au moins 21 jours de la situation », précise la préfecture.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Introduire des cultures d’été pour un effet de rupture

La gestion des adventices est un des axes de travail de la plateforme Syppre Berry.

« L’agriculture, notre flamme, votre futur »

Depuis le 1er mars, les Jeunes agriculteurs de l’Indre avec le soutien  du Conseil départemental de l’Indre, diffusent sur les réseaux sociaux

Les plateformes Syppre, par et pour les agriculteurs

 Le dispositif expérimental Syppre, via ses cinq plateformes en France, accompagne les agriculteurs vers de nouveaux systèmes de production, t

Communiquer autour de l’élevage porcin pour contrer les aprioris

Samedi 18 mai, Philippe van den Broek a ouvert les portes de son exploitation.

L’arum, une plante singulière

De grandes feuilles vertes, visibles au cœur de l’hiver, une fleur et des fruits pas ordinaires, des surnoms qui ne le sont pas moins et, pour fini

Les pluies perturbent une fois de plus les semis

Après les cultures d’hiver malmenées par les intempéries, l’espoir s’était cristallisé sur les semis de cultures d’été.

Publicité