Aller au contenu principal

« UN MOYEN DE PROMOUVOIR SON ÉLEVAGE »

Anthony Chéry, président de l’association des jeunes éleveurs charolais et sélectionneur passionné de génétique charolaise, sera présent lors du concours national charolais. Un concours vitrine pour la race et les éleveurs.

Installé depuis 2015 hors cadre familial, Anthony Chéry est naisseur engraisseur de charolaises. Ses 80 mères sont inscrites au Herd Book Charolais. Il engraisse l’ensemble de ses animaux. « Avant mon installation, le cheptel n’était pas inscrit », précise-t-il. Fils d’un salarié agricole en production ovine, Anthony Chéry n’était pas passionné par les moutons mais est très vite « tombé amoureux des vaches. Mais j’ai aussi toujours été un grand passionné de génétique. J’ai un faible pour les vaches avec des bonnes qualités reproductrices mais qui sont aussi des bêtes de viande, un peu culardes », détaille-t-il.

C’est la première fois depuis son installation qu’il sortira au concours national charolais des animaux nés dans son élevage. « Quand on reprend une exploitation, ça prend du temps avant de pouvoir emmener ses premiers animaux », note-t-il. Autre point essentiel avant le concours : le dressage. Les charolaises d’Anthony Chéry ont dû apprendre à rester attachées et à marcher. Un apprentissage qui se fait peu à peu sur une durée de plus en plus longue. « Sur mes 80 vaches, je n’en prépare que deux ou trois, les plus jolies mais ce ne sont pas forcément celles qui produisent le mieux. Le plus important ce sont les 77 autres qui produisent à la ferme. Préparer une vache pour un concours, c’est un coût. C’est un animal qu’on va soigner un peu plus pendant deux ans. Le concours c’est surtout un moyen de faire la promotion de l’élevage, c’est la vitrine des critères de race que l’on travaille dans l’exploitation », insiste Anthony Chéry.

PASSION GÉNÉTIQUE

Sélectionneur passionné, il aime voir ce que la génétique « propose ». La part de hasard dans chaque programme de reproduction l’anime. « Il y a toujours une part de chance dans la génétique. Mais la chance, il faut la provoquer », déclare-t-il avant d’ajouter : « J’aime et je sélectionne les charolaises avec un fort développement musculaire, un gros carré de bassin et un gros dos. Je valorise ensuite la viande en boucherie locale. Bien sûr, à ces critères, j’ajoute la facilité de naissance. L’objectif est d’améliorer les qualités de la race. Je regarde également les aplombs car les vaches avec beaucoup de viande sont plus fragiles sur ce point. Je veux des vaches qui puissent se porter et qui ne s’affaissent pas ».

Par ailleurs, Anthony Chéry choisit également des vaches avec une tête bien faite, courte avec un gros mufle et des cornes fines et blanches. « La charolaise est une des meilleures races dans la valorisation de fourrages grossiers, d’où l’importance d’un gros mufle », considère-t-il. L’éleveur porte aussi une attention particulière au caractère de l’animal qu’il souhaite calme pour assurer ainsi la sécurité lors des concours. A une semaine du National, ses bovins sont prêts, tout comme ceux de ses dix collègues de l’association des jeunes éleveurs de charolaises qui seront présents à Lignières le 8 et 9 septembre.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Faune sauvage : une application pour signaler les dégât

Les semis de printemps approchent à grands pas et chaque année, de nombreux dégâts sont causés par la faune sauvage sur ces cultures.

La meilleure pointeuse caprine est formée dans l'Indre

Au concours général agricole du Salon de l’agriculture, une étudiante du CS caprin de la Ferme des Âges s’est distinguée lors de l’épreuve de point

Des vaches de réforme engraissées chez un céréalier

C’est une idée issue d’un échange entre un négociant en bestiaux et un producteur de grandes cultures qui souhaitait valoriser certaines production

Cas de force majeure, mode d’emploi

 Pour éviter de perdre l’accès aux aides PAC, en plus des pertes de marges liées aux excès de pluie, les exploitants concernés doivent faire v

Frelons asiatiques : c’est maintenant qu’il faut piéger !

La reine est la cible à atteindre en cette saison.

Accident du travail : sensibiliser pour éviter le danger

Quatre étudiants du BTS APV ont organisé une conférence à l’EPLEFPA Naturapolis sur les thèmes des risques en agriculture.

Publicité