Aller au contenu principal

Un prestataire de découpe au service des éleveurs

  A Martizay, la boucherie-charcuterie de Jérôme Champion développe son activité et installe un atelier de découpe, au service des éleveurs vendant leur produit en direct. Une volonté de la boucherie, d’être actrice dans la démarche de circuit court et de vente directe.

Depuis quatorze ans, Jérôme Champion est à la tête de la boucheriecharcuterie-traiteur de Martizay. Les neuf employés de l’entreprise découpent, préparent et transforment toutes races de viande (bovins, ovins, porcs, volailles, lapins). Dans la boutique, des produits locaux jouxtent le long étal de viande et de produits transformés sur place.

La production locale et les circuits courts sont les maîtres-mots de ce commerce. « En plus de la boutique, nous travaillons pour les collectivités, en fournissant la viande dans les collèges, cantines, mais également sur le site de Belle-Bouche et de la Haute-Touche », précise Jérôme Champion.  Depuis un an maintenant, un atelier de découpe en prestation a fait son entrée dans la boucherie. Trop à l’étroit dans les locaux initiaux, un nouveau laboratoire est sorti de terre, il y a huit mois, juste à côté de la boutique permettant de lancer concrètement et à plus grande échelle cet atelier de découpe, une prestation à destination des éleveurs. « Nous nous mettons au service des éleveurs afin de leur permettre de vendre en direct leur propre production et à leurs clients », souligne-t-il.

ÊTRE PRESTATAIRE  DE DÉCOUPE POUR CONTRIBUER  AU CIRCUIT-COURT

« La prestation de découpe pour les éleveurs nous permet d’être complètement acteurs de la production et de la vente en circuit court », explique le gérant. L’investissement dans ce laboratoire de 285 m² permet la découpe de viande puis la livraison en demi-gros, la mise sous vide ou la préparation de colis, de caissettes ou encore la transformation en saucisses, merguez, steaks hachés, saucissons, etc. « La démarche est simple. Dans un premier temps l’éleveur nous contacte afin qu’on définisse avec lui ce qu’il souhaite. Il contacte ensuite l’abattoir et demande la livraison de la carcasse jusqu’à la boucherie. Puis nous nous occupons de la découpe. Enfin, il peut venir chercher sa commande. Nous pouvons également la lui livrer », détaille Jérôme Champion.  A l’éleveur ensuite de vendre en direct à ses clients. Cette prestation a déjà séduit quelques éleveurs venus d’Indre, d’Indre-et-Loire et de la Vienne. Actuellement, l’abattoir de Valençay, de Mérigny et de Montmorillon livrent régulièrement la boucherie de Martizay. A noter également que l’atelier de découpe de Jérôme Champion dispose du certificat bio et peut donc travailler sur de la viande conventionnelle et bio.

Pour en savoir plus : Jérôme Champion Boucherie Charcuterie, 20 rte du Blanc, 36220 Martizay - 02 18 01 03 31 - championjerome@laposte.net.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

De meilleures conditions de travail à venir pour les aides à domicile de l’Indre

Familles Rurales de l’Indre a entamé un projet expérimental à l’aide de La Grande Bobine, institut territorial des transformations publiques.

Atelier de transformation : bien réfléchir pour le réussir !

 Le GDMA de l’Indre a organisé une formation afin d’aider les porteurs de projets de transformation carnée à conceptualiser et réaliser un ate

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

FDSEA et JA : « faisons appliquer la loi »

 La défense du revenu agricole passe notamment par le respect de la loi Egalim et un affichage de l’origine des produits conforme à la réalité

Trouver les leviers pour se dégager du temps

Cinq ans après son installation à Levroux, Quentin Duterde a construit un bâtiment d’élevage qui lui ressemble et répond à ses aspirations professi

Seuil de Bénavent : plus de peur que de mal pour l’instant

Mauvaise surprise jeudi 15 février, au petit matin, une brèche s’est formée sur le seuil de Bénavent, à PoulignySaint-Pierre.

Publicité