Aller au contenu principal

Une nouvelle directrice à la tête de l’EPLEFPA Naturapolis

L’EPLEFPA Naturapolis a accueilli sa nouvelle directrice le 1er septembre. Juliette Lejeune a en effet laissé la place à Catherine Demesy. Rencontre. 

Quel parcours vous amène à Naturapolis ?

Catherine Demesy : Je suis née dans l’enseignement agricole. J’ai une formation d’ingénieur agricole mais j’ai commencé ma carrière directement dans l’enseignement agricole dans le Lot. J’ai été directrice du CFPPA de Bellac (87), puis j’ai choisi d’aller avec des plus petits au lycée agricole de Montmorillon (86). Forte d’une expérience avec des jeunes, des apprentis et des adultes, je souhaitais aller dans un établissement où j’aurais quelque chose à apporter. Naturapolis fait mon bonheur, je me sens en phase avec l’environnement, comme dans un écrin. De plus, la proximité géographique avec la Haute-Vienne, où je réside, est un avantage incontestable.

Quelle vision d’avenir avezvous pour l’Eplefpa ?  

C. D. : Naturapolis est dans une situation saine et de beaux projets foisonnent déjà. Il y fait bon vivre et je vais tout faire pour que ça continue. Deux challenges nous attendent sur les deux exploitations à Touvent et aux Âges. Unprojet maraichage est en cours de réflexion et nous souhaitons également réaménager la fromagerie et de la chèvrerie de la ferme des Âges. Les exploitations doivent être avant-gardistes afin de montrer aux jeunes qu’on est dans un monde qui évolue. On doit être dans l’exemplarité.  Nous allons aussi faciliter l’inclusion. Enfin, je vais essayer de faire de Naturapolis un lycée agricole précurseur en termes d’études supérieures. Actuellement, nous proposons des Bac + 2 mais avec les réformes actuelles, il va falloir réfléchir à proposer des Bac + 3, avec des licences professionnelles par exemple. Je serai là pour plusieurs années, ce qui me permettra d’agir concrètement pour l’établissement, la profession et les élèves. Je vais semer des graines et espérer les voir pousser. Il faut donner du sens à ce qu’on fait, c’est pour cela que je vais réfléchir aux solutions pour avoir un impact sur le territoire. 


Naturapolis en chiffres :

• 421 élèves/étudiants au collège et lycée.
• 290 apprentis au CFA.
• 25 stagiaires au CFPPA (centre de formation professionnelle et de promotion agricole). Les effectifs sont évolutifs au cours de l’année. Le recrutement pour les formations adultes (BPREA) n’est pas terminé, il reste des places disponibles.  
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des vaches de réforme engraissées chez un céréalier

C’est une idée issue d’un échange entre un négociant en bestiaux et un producteur de grandes cultures qui souhaitait valoriser certaines production

Cas de force majeure, mode d’emploi

 Pour éviter de perdre l’accès aux aides PAC, en plus des pertes de marges liées aux excès de pluie, les exploitants concernés doivent faire v

Frelons asiatiques : c’est maintenant qu’il faut piéger !

La reine est la cible à atteindre en cette saison.

Accident du travail : sensibiliser pour éviter le danger

Quatre étudiants du BTS APV ont organisé une conférence à l’EPLEFPA Naturapolis sur les thèmes des risques en agriculture.

DES CLÔTURES PERMANENTES POUR GAGNER DU TEMPS

Alexandre Carrion, éleveur charolais à Briantes dans l’Indre, a accueilli la journée porte ouverte clôture sur son exploitation.

PÂTURAGE EN ÉTOILE : DIX PADDOCKS POUR PLUS DE SOUPLESSE

Pour le pâturage de ses vaches suitées, Aurélien Gout a opté pour un pâturage tournant découpé en étoile.

Publicité