Aller au contenu principal

InstallatIon
Une petite ferme bio résolument intensive

Christelle Azou s’est entourée des conseils des organisations professionnelles agricoles, dont la chambre d’agriculture, pour réaliser son étude économique en maraîchage bio intensif. Son objectif : vivre dignement de son activité sur  une petite surface, avec des investissements limités.

Thumbnail

C’est dans une clairière fraichement défrichée que Christelle Azou a donné corps à son projet. Elle a contourné la difficulté d’accès au foncier en arrachant les arbres d’un bosquet de sa petite propriété pour y établir son Jardin des Robiniers. 5 000 m² ont ainsi été transformés en surface maraichère conduits en bio intensif, une association de qualificatifs à laquelle elle tient particulièrement. La jeune femme a pour ambition de vivre décemment de son métier et d’approvisionner ses clients en beaux produits bien charnus. Et qu’on ne lui parle pas des fermes du genre de celle du Bec Hellouin (Eure), que la presse nationale et de nombreuses ONG érigent en modèles régulièrement. « Ce sont de bons supports de communication », reconnait-t-elle, mais leur schéma repose sur une main-d’œuvre bénévole, il n’est pas du tout reproductible pour qui entend tirer un revenu de son activité. « C’est un miroir aux alouettes. Cela me fâche, il y a des gens complètement aveuglés par ça.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des couverts aux effets bénéfiques
Nicolas Robert a profité de l'humidité de ce milieu d'été pour implanter ses intercultures.
Premier concours bovin après 18 mois d'absence dans l'Indre
Le concours bovin de Saint-Benoît-du Sault aura bien lieu le 25 août. Une reprise en douceur pour les éleveurs.
Foire de St-Benoît : un marché porteur
Les éleveurs n'hésitent pas à faire des centaines de kilomètres pour se rendre à la foire de Saint-Benoît-du-Sault, tant pour vendre que pour acheter
Teff grass : une alternative séduisante
Face aux changements climatiques, certaines plantes fourragères semblent tirer leur épingle sur jeu et entrent dans l'assolement de quelques éleveurs
« C'est la raison voire la sagesse qui ont guidé ma décision »
A quelques semaines de prendre sa retraite, Robert Chaze quitte la présidence de la chambre d'agriculture de l'Indre.
Agricultrice, rêve de Rachel Denis
Sur différents marchés de la Brenne, Rachel Denis propose ses légumes de saison.
Publicité