Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

InstallatIon
Une petite ferme bio résolument intensive

Christelle Azou s’est entourée des conseils des organisations professionnelles agricoles, dont la chambre d’agriculture, pour réaliser son étude économique en maraîchage bio intensif. Son objectif : vivre dignement de son activité sur  une petite surface, avec des investissements limités.

Thumbnail

C’est dans une clairière fraichement défrichée que Christelle Azou a donné corps à son projet. Elle a contourné la difficulté d’accès au foncier en arrachant les arbres d’un bosquet de sa petite propriété pour y établir son Jardin des Robiniers. 5 000 m² ont ainsi été transformés en surface maraichère conduits en bio intensif, une association de qualificatifs à laquelle elle tient particulièrement. La jeune femme a pour ambition de vivre décemment de son métier et d’approvisionner ses clients en beaux produits bien charnus. Et qu’on ne lui parle pas des fermes du genre de celle du Bec Hellouin (Eure), que la presse nationale et de nombreuses ONG érigent en modèles régulièrement. « Ce sont de bons supports de communication », reconnait-t-elle, mais leur schéma repose sur une main-d’œuvre bénévole, il n’est pas du tout reproductible pour qui entend tirer un revenu de son activité. « C’est un miroir aux alouettes. Cela me fâche, il y a des gens complètement aveuglés par ça.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

L'orchestre symphonique du Centre-Val de Loire continue à partager la musique
L’arrêt de la vie culturelle porte sérieusement préjudice au domaine culturel, qui espère refaire vivre nos salles et nos festivals au plus vite.
Une reprise en pente très douce
Depuis mis mars, les produits au lait de chèvre ont été durement impactés.
Prudence dans les abattoirs français
La contamination d'employés de deux abattoirs interpelle les industriels de l'agro-alimentaire qui souhaitent à tout prix éviter une situation comme c
Vigilance, le coronavirus est toujours là
A défaut de respecter les gestes barrières, chacun s’expose s’il croise une personne contaminée, au pire à  contracter le coronavirus, au mieux à devo
Drive solidaire 36 : et après ?
Que ce soit pour pallier la fermeture des marchés ouverts ou trouver des solutions pour rebondir et aider  l’agriculture locale à faire face à la cris
Covid-19 : La filière volaille y laisse des plumes
La crise sanitaire Covid-19 avec la perte d’une partie des débouchés met en sérieux péril certaines productions à l’image celle des canards ; en poule
Publicité