Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Claude Malou, céréalier à Issoudun
« Une sorte de couteau suisse à l’usage des agriculteurs »

Qui êtes-vous ?

J’ai 55 ans, je suis scopeur à Issoudun. J’ai un assolement très classique : céréales, tournesol, orge de brasserie, protéagineux et une petite diversification. En 2003, année de la canicule, j’ai planté une petite truffière dans des terrains qui me semblaient propices à cette production traditionnelle dans le coin. Ce qui  s’est révélé être le cas. On se forme, on taille, on entretient, on se renseigne entre collègues et on vend un produit que tout le monde veut acheter. Cela fait du bien, bien que ce soit une activité qui n’offre aucune garantie de rendement. C’est très différent des grandes cultures, domaine où je me suis engagé syndicalement depuis de nombreuses années en représentant la FDSEA à l’AGBP. Je suis également administrateur à la FRSEA.

En tant qu’élu de l’équipe précédente, quel bilan tirez-vous de la mandature écoulée ?

Durant le mandat qui s’achève, nous avons assisté à une évolution importante du service public et à une réduction de moyens. La chambre, c’est un apport technique indépendant et officiel, c’est le conseil de terrain, un accompagnement des candidats à l’installation, une aide pour la transmission… En tant que membre de la CDPENAF*, je mesure tout l’intérêt du travail réalisé par les techniciens de la chambre, qui préparent les dossiers. Ce qui n’empêche pas les élus d’aller sur le terrain pour mieux les défendre ensuite en commission. C’est un organisme que tout le monde ne connaît pas bien, mais qui manquerait dans le paysage agricole s’il n’existait pas. C’est une sorte de couteau suisse à l’usage des agriculteurs.

Vous êtes candidat aux élections chambre d’agriculture. Quelles sont vos motivations ?

Celle de toujours s’intéresser à son métier. Il faut être présent partout où on peut influencer les choses. Bien que l’on soit peu nombreux, il est important de ne pas laisser la chaise vide. Pour moi, ce sera la dernière mandature. Notre métier est beaucoup trop méconnu de nos concitoyens et des élus. J’invite les jeunes à se former pour apprendre à faire passer des messages et à continuer à s’engager pour défendre le métier.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Vignette
Pluies de restrictions
L’ensemble du département est placé en restriction d’usage de l’eau, mais les robinets ne sont pas coupés pour autant.
Vignette
Adventices : Lutter avant, pendant et après la moisson
 Limiter la propagation des adventices d’une parcelle à l’autre, un des fils rouges des moissons. 
Vignette
Des rendements hétérogènes mais de la qualité
Les moissons battent leur plein aux quatre coins du département.
En chemin vers l’agriculture de conservation avec un GIEE
AgroFerti36, c’est le nom que s’est choisi un collectif d’agriculteurs qui a décidé d’améliorer la fertilité de son sol en s’inspirant de l’agricultur
Publicité