Aller au contenu principal

ATTRACTIVITE
Valorisation du territoire pour attirer de nouveaux Indriens

L’Indre fait les yeux doux aux Franciliens en s’affichant pour la seconde fois dans le métro. Une opération séduction qui porte peu à peu ses fruits comme l’explique Thierry Bluet, directeur de l’A2I.

Après le premier confinement, l’Agence d’attractivité de l’Indre (A2I) a bien entendu les besoins de nature, de sortir des métropoles, exprimés par les Franciliens. A trois heures de la capitale, le département de l’Indre allie la nature aux infrastructures modernes, loin de la pression foncière parisienne, loin des métros bondés, et adapté pleinement au télétravail.

 

OPÉRATION SÉDUCTION DANS LES MÉTROS

Consciente des atouts du département, l’A2I a surfé sur ce besoin d’air en positionnant une campagne de pub dans les métros parisiens de fin juin à mi-juillet 2020. « Cette campagne a bien suscité de l’intérêt en donnant lieu à de nombreuses prises de contacts de la part de Franciliens désireux de savoir ce que l’Indre pouvait leur offrir. Parmi eux, certains ont transformé l’essai et sont désormais installés sur notre territoire, télétravaillent et ne remontent en région parisienne qu’une fois par semaine. D’autres sont encore en phase de réflexion. Il est clair que le développement du télétravail, induit par la crise sanitaire, a redistribué les cartes sur le plan professionnel », explique Thierry Bluet, directeur de l’A2I.

La nouvelle campagne de promotion de l’Indre, actuellement visible, dans les gares de métros/RER est comme une « piqûre de rappel sur ce que le département peut offrir ». Selon le directeur de l’agence d’attractivité de l’Indre, la promotion du département à Paris a eu un double effet. Outre l’opération séduction auprès des Franciliens, elle a également suscité de l’intérêt auprès des Indriens eux-mêmes. « Les habitants du département doivent être les ambassadeurs du département. Arrêter l’Indre bashing ! Au quotidien, on ne voit plus ce qui nous entoure, ce qui fait le charme de notre territoire. Cette mise en lumière du département leur a redonné le goût de se réapproprier leur département », reconnaît-il.

 

DE NOMBREUX PROJETS ABOUTIS

Les campagnes de promotion du département, les multiples articles ou reportages, « ne sont que la partie visible de l’iceberg » image le directeur. Derrière, c’est toute une équipe qui œuvre pour maintenir la communication autour de l’Indre, avec un accompagnement personnalisé pour les personnes souhaitant s’installer sur le territoire et répondre à leurs problématiques. Un accompagnement des nouveaux arrivant qui passe de l’inscription des enfants à l’école, à des pistes d’emploi, à la location d’espace de co-working pour le télétravail, etc…

« On observe à l’échelle du pays qu’une partie de la population d’Ile-de-France, des Hauts-de-France, mais également de Bordeaux, Lyon, Nantes, porte un fort intérêt pour aller vers plus de nature, changer de mode de vie. C’est à nous, l’Indre, de se positionner pour capter sur notre territoire une partie de ce flux », souhaite Thierry Bluet.

En plus des actifs séduits par le département, l’agence d’attractivité a lancé une opération à destination des professionnels de santé. « Depuis mars 2020, nous avons suivi 43 projets d’installations et 30 % ont abouti sur une installation effective. Les autres sont toujours à l’étude, et on espère un débouché favorable pour 2021 », rapporte-t-il.

Pour inviter les professionnels de la santé découvrir l’Indre comme potentielle terre d’accueil, l’A2I intervient au sein des facultés de médecines de Tours et Limoges, dans l’objectif d’inciter les étudiants à réaliser leurs stages d’internat et/ou externat dans l’Indre. Pour 2021, la communication auprès des professionnels de santé se voudra plus ciblée en fonction des métiers, et notamment à destination des masseurs kinésithérapeutes dont « la profession en tension sur le département ».

Créée en juin 2019, l’Agence d’attractivité aura connu une première année d’existence marquée atypique du fait du confinement et la crise sanitaire. Malgré cela, Thierry Bluet souhaite que l’A2I poursuive « son rôle de coordination, de mise en relation des différents acteurs du territoire pour valoriser au mieux les atouts du département ».  

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des couverts aux effets bénéfiques
Nicolas Robert a profité de l'humidité de ce milieu d'été pour implanter ses intercultures.
Premier concours bovin après 18 mois d'absence dans l'Indre
Le concours bovin de Saint-Benoît-du Sault aura bien lieu le 25 août. Une reprise en douceur pour les éleveurs.
Foire de St-Benoît : un marché porteur
Les éleveurs n'hésitent pas à faire des centaines de kilomètres pour se rendre à la foire de Saint-Benoît-du-Sault, tant pour vendre que pour acheter
Teff grass : une alternative séduisante
Face aux changements climatiques, certaines plantes fourragères semblent tirer leur épingle sur jeu et entrent dans l'assolement de quelques éleveurs
« C'est la raison voire la sagesse qui ont guidé ma décision »
A quelques semaines de prendre sa retraite, Robert Chaze quitte la présidence de la chambre d'agriculture de l'Indre.
Agricultrice, rêve de Rachel Denis
Sur différents marchés de la Brenne, Rachel Denis propose ses légumes de saison.
Publicité