Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Témoignage
Bineuse et herse étrille bouleversent aussi l’assolement

Le désherbage mécanique obtient de bons résultats, mais nécessite un travail du sol supplémentaire en amont, considère Pascal Messager qui s’approprie la technique depuis 9 ans.

Le désherbage mécanique est une alternative à l’utilisation de produits chimiques. Néanmoins, cette méthode n’est pas encore développée sur toutes les exploitations malgré des résultats probants. Pascal Messager est agriculteur à Coings. Installé depuis 1992, il utilise le désherbage mécanique depuis 9 ans.

Un gain à l’hectare non négligeable

En intégrant cette pratique sur son exploitation, son idée première était de réduire ses coûts de production, mais très vite, il y a trouvé d’autres intérêts. « Il est clair que l’aspect économique était mon premier objectif. Le coût d’un désherbage chimique impacte fortement les marges sur nos cultures, contrairement à la mécanisation qui est un investissement faible et rapidement amorti. De plus, les résultats obtenus avec les produits sont très aléatoires. »

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Vignette
Adventices : Lutter avant, pendant et après la moisson
 Limiter la propagation des adventices d’une parcelle à l’autre, un des fils rouges des moissons. 
Vignette
Des rendements hétérogènes mais de la qualité
Les moissons battent leur plein aux quatre coins du département.
Vignette
Un levier économique à activer
En zone intermédiaire, l’arrosage des cultures est indispensable au développement de l’agriculture.
En chemin vers l’agriculture de conservation avec un GIEE
AgroFerti36, c’est le nom que s’est choisi un collectif d’agriculteurs qui a décidé d’améliorer la fertilité de son sol en s’inspirant de l’agricultur
Vignette
La graine de consommation, un pari d’avenir
Victor Renaudat a fait le choix d’investir dans la culture de graines alimentaires.
Vignette
La corne, une ressource pour le sol
Autrefois jetée, la corne des bovins est désormais utilisée comme engrais. Un produit réalisé dans l’Indre vendu dans toute la France.
Publicité