Aller au contenu principal

Bovins allaitants : Sélection et croissance garants du revenu

François Dumont mise sur la sélection génétique et le contrôle de performance pour piloter son atelier allaitant. Une stratégie qui lui permet aujourd'hui de commercialiser quelques reproducteurs tous les ans.

François Dumont insémine ses vaches depuis 2013, une orientation choisie avant tout pour optimiser son système d'élevage.

E n élevage allaitant, la rentabilité de l'outil est assise sur la productivité et le rendement des animaux. A cet effet, François Dumont, installé en élevage charolais à Saint-Christophe-en-Boucherie, utilise deux leviers : la génétique et la pesée. Dès la reprise de l'exploitation familiale en 1994, il s'est immédiatement intéressé aux moyens mis à disposition des éleveurs pour améliorer les performances de son cheptel et assurer une viabilité financière à son entreprise.

 

La pesée, le juge de paix

C'est ainsi que d'emblée, il a adhéré à Bovins croissance. Plus qu'une volonté d'optimiser son système d'engraissement, c'était se donner une assurance quant à l'orientation de son travail. « La pesée est un outil d'évaluation implacable. C'est le résultat sur la bascule qui nous conforte ou pas dans nos choix, »précise-t-il. « Pour ma part, tous les animaux sont pesés dès leur plus jeune âge, puis régulièrement au cours de leur vie afin de pouvoir les comparer à la moyenne de la race et d'adapter mes rations et surtout prévoir le poids de carcasse que je devrais obtenir au final. Chaque animal réformé est systématiquement pesé en début, pendant et en fin d'engraissement ; ce qui permet d'identifier les écarts de rendement en carcasse selon la génétique utilisée ».

 

La génétique pour mieux gérer ses charges

Outre la pesée, l'amélioration du potentiel de son troupeau passe par la génétique, estime-t-il. Il pratique l'insémination depuis 1995 et il fait partie du noyau de sélection de Charolais Univers depuis 2008. « La sélection me permet d'avoir des vêlages sans risque et d'améliorer les qualités maternelles. Je privilégie également la docilité, explique-t-il. Je ne suis intervenu que trois fois cette année lors des 100 vêlages effectués. Avant mon installation, ce n'était pas le cas, nous intervenions souvent avec mes parents ou avec le vétérinaire et les pertes à la naissance étaient plus nombreuses. Or, sur le plan économique, la viabilité des veaux est primordiale. »

 

La génétique intervient aussi dans la capacité de croissance de l'animal. Les poids de carcasses obtenus en fin d'engraissement sont en moyenne de 440 kg à l'âge de 14 mois pour les taurillons et ils dépassent les 500 kg pour les vaches. « Cela montre que le vêlage facile n'entame pas le potentiel de croissance », insiste l'éleveur. Cerise sur le gâteau, le travail qu'il a entrepris en matière de sélection lui a ouvert des opportunités commerciales qu'il n'avait pas escomptées au départ. Il arrive à vendre une dizaine de reproducteurs par an, « ce n'était pas du tout l'objectif de départ, mais c'est la génétique qui me le permet », se réjouit-il. Adhérent à l'association des éleveurs charolais du pays de La Châtre, il exposera le 14 septembre, à La Motte Feuilly, 4 reproducteurs ainsi que 3 vaches issues des taureaux utilisés par l'APC dont Gironde (fille de Dalton APC)

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Une baisse de volume significative en AOP pouligny-saint-pierre

Comme toutes les AOP caprines de la région, l’AOP pouligny-saint-pierre pâtit de la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs.

Ne pas négliger la fertilisation phosphore et potasse

 Le groupe herbe Brenne s’est rassemblé le 25 avril, chez Jérôme Siefferman à Chitray, pour faire un point sur l’essai fertilisation mené sur

Le cap maintenu malgré la décapitalisation

Des cours en hausse et des animaux mieux finis ont compensé la baisse des effectifs en 2023.

Les caractéristiques agricoles de l'Indre rappelées à la préfète de région

Sophie Brocas, préfète de la région Centre-Val de Loire, était en visite sur une exploitation à Thevet-Saint-Julien, le mercredi 10 avril.

La meilleure pointeuse caprine est formée dans l'Indre

Au concours général agricole du Salon de l’agriculture, une étudiante du CS caprin de la Ferme des Âges s’est distinguée lors de l’épreuve de point

Des vaches de réforme engraissées chez un céréalier

C’est une idée issue d’un échange entre un négociant en bestiaux et un producteur de grandes cultures qui souhaitait valoriser certaines production

Publicité