Aller au contenu principal

ABATTOIR DU BOISCHAUT SUD
De nouveaux apporteurs et une nouvelle porcherie

Une modernisation de l’outil est prévue dans les prochains mois, grâce au plan de relance ouvert aux abattoirs. Les améliorations prévues concourront au respect du bien-être animal et à atteindre les objectifs de tonnages  visés  par  l’équipe  dirigeante.   

L’année 2021 a démarré sur les chapeaux de roues pour l’abattoir de Lacs, avec  «  une cadence moyenne de 220-230  tonnes  par  mois,  depuis janvier  »,  rapporte  Hervé  Desternes, le directeur du site. Une cadence de travail rendue possible grâce au retour à la normale du fonctionnement de l’abattoir, notamment grâce avec une hausse des apports mais aussi aux quatorze opérateurs qui interviennent désormais sur site, en plus de la qualiticienne et le personnel de la direction.  «  Nous avons de nouveaux  actionnaires,  tels  que  le  syndicat de boucherie et Châteauroux Viande.  Ces  derniers  nous  confient 100 % de leurs bêtes depuis le début  de  l’année  »,  précise  Arnaud Labesse,  président  de  la  SCIC  des Viandes du pays de La Châtre.   Forts des nouveaux partenariats noués, l’équipe de l’abattoir espère atteindre l’objectif de 2  600 tonnes cette année.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Limiter la flambée des prix avec les achats groupés de la FDSEA
Le service de commande groupée de fioul proposé aux adhérents FDSEA et JA permet de réduire le montant des factures.
Contrats, indicateurs de prix, délais : éleveurs, à vous de proposer vos conditions !
La loi Besson-Moreau généralise la contractualisation écrite pluriannuelle de 3 ans minimum pour toute vente entre le producteur de viande bovine et c
Noël en Berry, entre rites et légendes
Loin de la course effrénée de notre époque dans les boutiques en quête des cadeaux tant attendus, loin de l'abondance des plats sur les tables… le Noë
QUELLE FORÊT POUR LE FUTUR ?
Comment préserver les massifs forestiers face au réchauffement climatique ?
Contention ovine : découverte d'un parc fixe indoor
Au quotidien, la manipulation des animaux à travers une contention mobile demande du temps et peut mobiliser de nombreuses personnes sur un élevage.
Publicité