Aller au contenu principal

Canicule
Des pratiques à revisiter en élevage

Brumisateur et ventilateurs ont fait leur apparition chez Cédric Gratin. Un investissement pour le bien-être de son troupeau qui sera rentabilisé rapidement.

La production de Cédric Gratin s’est vue diminuer de 5 kg de lait par vache après l’épisode caniculaire de fin juin. Une situation qu’il a déjà connue en 2018. « L’année dernière, c’était équivalent, même si nous n’étions pas en déficit hydrique comme c’est le cas actuellement. J’avais réussi à limiter les pertes, mais la production n’était pas remontée après la fin de ce phénomène météo. »


Cette année, l’éleveur a opté pour l’achat de ventilateurs et d’un brumisateur. Un investissement qu’il ne regrette pas, tant il a déjà pu en mesurer l’efficacité dès ce début d’été. « C’est une réflexion que j’ai eu l’année dernière. Depuis son installation, j’ai remarqué qu’il était beaucoup plus simple de faire remonter la production de lait. Le comportement des animaux est également meilleur, car l’action combinée de la brume et des ventilateurs leur permet de mieux s’acclimater à la chaleur. En terme de coût, il faut compter dans les 8 000 €. J’ai calculé qu’en tablant sur une perte de 2 à 3 kg par vache sur la période d’été, l’appareil pourrait être amorti sur une durée d’un an et demi. Je ne l’ai installé que sur un bâtiment, mais je réfléchi à réitérer mon achat pour ma deuxième stabulation. »

 


Alimentation à la fraîche
L’alimentation animale est également un poste qui peut être amené à évoluer pendant les fortes chaleurs, les horaires de distribution notamment, en privilégiant les heures les moins chaudes la journée. « Je distribue les rations le matin. Même s’il fait déjà chaud, les températures sont encore supportables. Pour le moment, les vaches consomment correctement, je vais voir comment cela va évoluer. »


Mais la véritable difficulté pour l’éleveur en période de canicule reste la gestion de l’abreuvement de ses bêtes. Vital, l’accès à une source d’eau peut s’avérer problématique en période de sécheresse et augmenter considérablement les coûts de production. « Je possède un puits sur mon exploitation. Je m’en sers pour les animaux. A l’heure actuelle, il est à sec. C’est la première fois que ça m’arrive. Je suis obligé d’utiliser le réseau de distribution d’eau communal. Ce sont des dépenses que je n’avais pas prévues. » Cette deuxième vague de fortes chaleurs de l’année pourrait en appeler d’autres dans les jours à venir.
Anticiper ce phénomène est le meilleur moyen pour assurer une production correcte et préserver le bien-être de ses animaux.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des couverts aux effets bénéfiques
Nicolas Robert a profité de l'humidité de ce milieu d'été pour implanter ses intercultures.
Premier concours bovin après 18 mois d'absence dans l'Indre
Le concours bovin de Saint-Benoît-du Sault aura bien lieu le 25 août. Une reprise en douceur pour les éleveurs.
Foire de St-Benoît : un marché porteur
Les éleveurs n'hésitent pas à faire des centaines de kilomètres pour se rendre à la foire de Saint-Benoît-du-Sault, tant pour vendre que pour acheter
Teff grass : une alternative séduisante
Face aux changements climatiques, certaines plantes fourragères semblent tirer leur épingle sur jeu et entrent dans l'assolement de quelques éleveurs
« C'est la raison voire la sagesse qui ont guidé ma décision »
A quelques semaines de prendre sa retraite, Robert Chaze quitte la présidence de la chambre d'agriculture de l'Indre.
Agricultrice, rêve de Rachel Denis
Sur différents marchés de la Brenne, Rachel Denis propose ses légumes de saison.
Publicité