Aller au contenu principal

Filière bas carbone : une solution agronomique pour Paul Courseau

 S’engager dans une démarche bas carbone est l’un des axes que propose la coopérative Axéréal à ses adhérents. Une filière qui se veut plus porteuse au niveau rémunération et qui représente aussi une réponse agronomique pour aider les agriculteurs à faire face aux contraintes environnementales. 

Depuis quelques années, la coopérative axéréal s’est engagée dans une stratégie pour une agriculture plus durable. C’est dans cette optique qu’une filière de cultures bas carbone a été lancée en 2019. Plusieurs agriculteurs adhérents à la coopérative se sont inscrits dans cette démarche.  

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

UN JEUNE ÉLEVEUR INVESTI POUR SON CANTON
Dans le secteur de Mouhet, les jeunes agriculteurs sont nombreux et majoritairement membres actifs des JA du canton Brenne-Val de Creuse.
Saint-Benoît, toujours un carrefour d’affaires
De nombreux sélectionneurs ovins d’Indre, du Cher, de Creuse, de Vienne, de l’Allier, de Charente et même des DeuxSèvres ont fait le déplacement à Sai
Marguer’ice, histoire d’une crème glacée locale
En 2011, un couple d’éleveurs indriens fait le pari de transformer une partie de sa production laitière.
LA VIANDE DU BERRY BURGER ASSURÉE 100 % TILLY
Manger local est l’un des chevaux de bataille du syndicat Jeunes agriculteurs.
« UNE FÊTE FAMILIALE ET CONVIVIALE »
La crise sanitaire et les confinements à répétition avaient eu raison du Terr’agri de Mouhet, initialement prévu en 2020.
Quand l’abreuvement des vaches se complique…
Le déficit hydrique se creuse encore et toujours.
Publicité