Aller au contenu principal

Incendie : Unis face à la catasrophe

Les incendies, qui ont sévi dans le sud de l'Indre, ont laissé derrière eux un paysage de désolation. Ils ont également donné lieu à un grand élan de solidarité pour venir en aide aux sinistrés.

A u sud de l'Indre, le secteur de Chalais et de Lignac a connu deux épisodes d'incendie qui marqueront les esprits pendant de longues années. Près de 800 ha ont subi les affres du feu impactant directement habitants et agriculteurs, les 18 et 19 septembre dernier.

 

Un incendie inédit mais prévisible

L'exploitation de Jean-Luc Braud, éleveur ovin et bovin installé à Lignac, s'est retrouvée au cœur du sinistre. Un chapitre traumatisant pour cet éleveur. « On pensait que cela pouvait arriver, soupire Jean-Luc Braud. Nous subissons la sécheresse depuis près de deux ans, elle est particulièrement forte cette année. Les sols sont extrêmement secs et les fortes températures de ces derniers jours n'ont rien arrangé, mais nous ne sommes jamais vraiment préparés à être touchés par un événement comme celui-ci. » 

Ses bâtiments ont été épargnés, de même que son stock de fourrage. Mais malheureusement, certaines de ses brebis ont été touchées et une partie de ses parcelles ont été traversées par les flammes. « En tant qu'éleveur, cela fait mal au cœur de voir ses animaux dans cet état. Je n'ai pas perdu de brebis pour le moment, mais certaines d'entre elles ont des blessures très importantes. »

 

Un grand élan de solidarité

Face à cette catastrophe, les personnes sinistrées comme Jean-Luc Braud ont pu compter sur un véritable élan de solidarité. Habitants, agriculteurs sont venus parfois de loin, chacun pour apporter son aide aux sinistrés. Un soutien bienvenu pour affronter une situation inédite dans l'Indre. 

« Sans l'aide des gens et des pompiers, je ne sais pas comment cela se serait passé. Je ne les remercierais jamais assez. On se retrouve impuissant lorsque le feu s'approche. J'ai subi des dégâts, mais cela aurait pu être bien pire, mes bâtiments et ma maison sont toujours debout. Certains habitants de Lignac sont venus spontanément nous aider alors que je ne les connaissais même pas. C'est souvent des circonstances comme celle-ci qui permet de rapprocher les gens. »Antoine Brimbœuf, lui-même éleveur de brebis dans la commune, n'a pas hésité à venir prêter main forte aux pompiers et à son collègue.

« Cela peut nous arriver à tous, la situation était très compliquée. Avec le vent, le feu progressait rapidement, nous avons essayé d'aider comme nous pouvions. J'ai failli être pris au piège par les flammes en apportant ma tonne à eau. C'est dans ce genre de situation que l'on peut voir que la solidarité paysanne existe toujours ! », note-t-il.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

LE TRICOT BERRICHON FILE SA MAILLE
En 2020, Charles de Monléon s'est lancé le pari fou de créer son entreprise spécialisée dans le tricot, « Maille Berry » située à Bouesse.
ÉLEVEUSE, LE PROJET D'UNE VIE POUR LUCIE
Réussir à atteindre ses objectifs professionnels n'est pas chose facile.
A Chabenet, c'est l'histoire d'un pont…
Le pont de bois couvert de Chabenet est une particularité architecturale unique en France.
La laine de limousine et charollaise passée au crible
Les trois prochaines années, les fibres de laines des races ovines emblématiques de la Creuse seront analysées dans le cadre d'un programme de recherc
La laine en quête de prix rémunérateurs
Considérée comme sous-produit de l'élevage ovin, la laine a rarement été autant méprisée par le marché qu'actuellement.
DES PASSIONNÉS AU SERVICE DE LA MÉTÉO
Depuis plus de 10 ans, ils sont sept bénévoles à faire vivre les prévisions météorologiques sur leur site internet et réseaux sociaux.
Publicité