Aller au contenu principal

L'abattoir du Boischaut augmente ses jours d'ouverture

Depuis ce lundi, les chaînes d'abattage sont actives 4 jours par semaine. Une augmentation crescendo du rythme sur site, ne devant pour l'heure pas dépasser les 15 tonnes jour. Le point avec Hervé Desternes, directeur de l'abattoir.

Désormais les tueries ont lieu les lundis, mercredis, jeudis et vendredis. Les apports doivent toujours être annoncés au plus tard le jeudi midi de la semaine précédente. « C'est une discipline nécessaire de la part des apporteurs, afin que l'on puisse établir au plus juste nos plannings d'abattage et les soumettre aux services sanitaires de l'Etat », insiste Hervé Desternes, directeur de l'abattoir.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Sanglier : un plan d’action sur trois ans
La régulation du sanglier est l’affaire de tous.
JA planche sur l’engagement
Durant trois jours, Jeunes agriculteurs national a tenu son Université d’hiver dans la Haute-Marne.
AOC Valençay : le nouveau cahier des charges dévoilé
Le syndicat des vins de Valençay s’est réuni en assemblée générale, jeudi 1er décembre.
LA CONSIGNE SE GÉNÉRALISE À LA FERME DES CABRIOLES
Des pots en verre consignés pour réduire les emballages à usage unique, telle est la direction qu’ont pris les associés de la Ferme des Cabrioles depu
Installation : savoir mesurer et se prémunir des risques
Le 17e forum installation des JA, le 15 décembre, aura pour fil conducteur les risques, qu’ils soient climatiques, économiques, techniques, sanitaires
Quels intérêts à aller plus loin que la banque de matériel ?
Outre l’acquisition et l’utilisation de matériel en commun, la Cuma est aussi un moyen de réfléchir et d’évoluer collectivement.
Publicité