Aller au contenu principal

Le faible potentiel des premières coupes de juillet

A la faveur d’un créneau opportun début juin, de nombreuses prairies ont pu être fauchées. Le fourrage de qualité ainsi récolté dénote avec celui des parcelles qui n’ont pu être fauchées, leur potentiel se dégrade au fil des jours.

Dans la majorité des cas, les premières coupes de fourrage se sont déroulées fin mai-début juin dans des conditions correctes. « Les ensilages et enrubannages réalisés sur ce court créneau sont de bonne qualité. Depuis, les conditions météo ont favorisé les repousses, une situation permettant de faire pâturer les animaux en juillet », explique Claude Vincent.

Malheureusement, toutes les parcelles n’ont pas pu être récoltées avant le retour des pluies. Pour les parcelles non libérées, « tout à verser, le fourrage est plaqué au sol, ce qui entraine une perte considérable en termes de qualité », pointe le conseiller bovin viande de la chambre d’agriculture de l’Indre. Le mot d’ordre est simple : aller faucher dès qu’il y a une opportunité d’intervention, « pour libérer la parcelle, même si la qualité n’est pas là ».

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

La responsabilité sociétale des entreprises, enjeu de demain pour la laiterie

Pour son assemblée générale, la laiterie de Verneuil a souhaité sensibiliser ses adhérents et partenaires à la nécessité de prendre dès maintenant

Les Rencontres à table : une soirée conviviale et instructive

Allier éducation et plaisir dans une ambiance conviviale, tel est le pari réussi des acteurs de la filière, lors de l’opération Les Rencontres À Ta

Quand la géobiologie rectifie le tir

A Montreuil-en-Touraine, l’élevage bovin lait de la famille Daguet a fait les frais de déséquilibres géobiologiques à plusieurs reprises.

Une baisse de volume significative en AOP pouligny-saint-pierre

Comme toutes les AOP caprines de la région, l’AOP pouligny-saint-pierre pâtit de la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs.

Ne pas négliger la fertilisation phosphore et potasse

 Le groupe herbe Brenne s’est rassemblé le 25 avril, chez Jérôme Siefferman à Chitray, pour faire un point sur l’essai fertilisation mené sur

Le cap maintenu malgré la décapitalisation

Des cours en hausse et des animaux mieux finis ont compensé la baisse des effectifs en 2023.

Publicité