Aller au contenu principal

INSÉMINATION ANIMALE
« Pouvoir intervenir au bon moment selon mon jugement »

Encore peu démocratisée, l'insémination par l'éleveur (IPE) apporte une plus-value au travail de l'agriculteur. La formation et beaucoup de pratique sont indispensables à sa réussite.

Réaliser une insémination animale soi-même est une intervention que peu d'éleveurs pratiquent dans l'Indre. L'acte en lui-même peut en effet rebuter et requiert certaines connaissances anatomiques de l'animal. François Dumont, éleveur à Saint Christophe-en-Boucherie insémine ses vaches depuis 2013 ; une orientation choisie avant tout pour optimiser son système d'élevage. « Dans un premier temps, j'avais la volonté d'apprendre à fouiller pour pouvoir détecter les anomalies. Mais je souhaitais également avoir une meilleure maîtrise de la reproduction de mes animaux afin d'avoir une liberté d'action et pouvoir intervenir au bon moment selon mon jugement. Autre élément important, l'IPE permet d'avoir une meilleure maitrise du risque sanitaire en limitant l'intrusion de personnes sur l'exploitation », indique-t-il. Aussi, il a suivi une formation proposée par la coopérative Evolution.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

350 béliers attendus sur la butte de Saint-Benoît-du-Sault
Après une pause en 2020, la foire ovine de Saint-Benoît-du-Sault revient pour sa 40e  édition, le 4 août, dans une version édulcorée mais très attendu
Aide aux éleveurs allaitants, mode d’emploi
Les éleveurs allaitants avec un revenu disponible de moins de 11000 € sur le dernier exercice  peuvent faire   la demande d’accès à l’aide de 41 € par
Renard : éleveurs, déclarez vos dégâts !
Le manque de déclarations de dégâts pourrait remettre en cause le statut du renard en tant qu'espèce susceptible d'occasionner des dégâts.
Le faible potentiel des premières coupes de juillet
A la faveur d’un créneau opportun début juin, de nombreuses prairies ont pu être fauchées.
Recherche aliments non OGM désespérément
La crise de l’alimentation animale non OGM se poursuit.
Comment appréhender la fertilisation de sa prairie ?
Le pilotage de la fertilisation azotée des prairies multi-espèces doit s’effectuer selon le ratio graminées légumineuses.
Publicité