Aller au contenu principal

Dossier Caprin
Strongles intestinaux : Bientôt un traitement pas systématique ?

Le contrôle laitier d'Indre-et-Loire, entouré de partenaires, mène des investigations pour trouver des méthodes alternatives de gestion des strongles intestinaux dans les élevages caprins pratiquant le pâturage.

Vignette

Mettre les chèvres au pré, c'est un concept dans l'air du temps. Avec leurs 5 AOP caprines, dont une part significative est commercialisée en direct, les éleveurs du Centre-Val de Loire ne peuvent pas éluder le sujet. Si ici, comme dans d'autres régions, ils rechignent à répondre à l'injonction sociétale, c'est notamment par crainte d'exposer leurs troupeaux aux strongles gastro-intestinaux. Ceux-ci génèrent une perte d'appétit et donc de lait, difficilement supportable sur le plan économique. De plus, les traitements anti parasitaires ont montré leurs limites avec le développement de résistance au peu de molécules homologuées. « Chez les pâturants, environ 85 % des troupeaux présentent une résistance au benzamidazole », indique Elisa Gentil.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

« C’est beaucoup de frustration de ne pouvoir présenter notre travail »
Le concours de la Châtre draine au-delà des frontières indriennes.
Vignette
Des reproducteurs visibles sur rendez-vous
Les événements, salons, foires, concours ont été annulés ou reportés un à un au fil de l’année.
Vignette
Le cycle des adventices rompu par les prairies
A la tête d’un cheptel de 130 limousines, Olivier Fradet cherche à limiter les adventices tout en réduisant l’usage des phytos.
« Il faut absolument appliquer les règles de biosécurité »
Philippe Van den Broek, président d'Ariporc se veut rassurant quant à l'épidémie de PPA. Il insiste cependant pour que les éleveurs et l'ensemble des
Vignette
La filière porcine inquiète
Les éleveurs de porcs scrutent avec anxiété la progression de la PPA en Europe.
« Eleveur et engagé », un futur groupe dans l’Indre ?
 Face aux difficultés que rencontrent certains éleveurs pour valoriser la viande bovine, la section bovine de la FNSEA CVL 36 a engagé une consultatio
Publicité