Aller au contenu principal

Couverts végétaux : des atouts indéniables

Des agriculteurs expérimentent les couverts végétaux, en interculture courte ou longue, dans le but de redonner une structure  au  sol  et  de  l’enrichir  en  matière  organique. 

Faire migrer  l’aspect  règlementaire des CIPAN (cultures pièges à nitrates), semées à l’automne afin de piéger les reliquats  azotés  post-récolte, vers  des  couverts  végétaux  bénéfiques pour la vie des sols et le système de culture, est une pratique de plus en plus adoptée par les  agriculteurs.  Points forts en agriculture de conservation, ils sont reconnus pour leur  intérêt  technique et leurs vertus agronomiques. Le GIEE  Semons  dans  le Vivant, accompagné par la FDGEDA du Cher, expérimente différents couverts. «  Ils  sont  essentiels  pour  structurer  le sol, lui apporter de la matière organique et limiter les adventices. Les couverts  végétaux  sont  bénéfiques pour le bilan humique des cultures suivantes, jusqu’à  50  %  de  restitution de l’azote,  rapporte Jérôme Brunet, conseiller à la FDGEDA du Cher et animateur du groupe.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

UN JEUNE ÉLEVEUR INVESTI POUR SON CANTON
Dans le secteur de Mouhet, les jeunes agriculteurs sont nombreux et majoritairement membres actifs des JA du canton Brenne-Val de Creuse.
Saint-Benoît, toujours un carrefour d’affaires
De nombreux sélectionneurs ovins d’Indre, du Cher, de Creuse, de Vienne, de l’Allier, de Charente et même des DeuxSèvres ont fait le déplacement à Sai
Marguer’ice, histoire d’une crème glacée locale
En 2011, un couple d’éleveurs indriens fait le pari de transformer une partie de sa production laitière.
LA VIANDE DU BERRY BURGER ASSURÉE 100 % TILLY
Manger local est l’un des chevaux de bataille du syndicat Jeunes agriculteurs.
« UNE FÊTE FAMILIALE ET CONVIVIALE »
La crise sanitaire et les confinements à répétition avaient eu raison du Terr’agri de Mouhet, initialement prévu en 2020.
Quand l’abreuvement des vaches se complique…
Le déficit hydrique se creuse encore et toujours.
Publicité