Aller au contenu principal

Terr'agri 2019 : Deux jours de fête pour valoriser les produits locaux

C'est l'effervescence dans le réseau JA du Boischaut sud, qui prépare le Terr'Agri 2019. Celui-ci aura lieu les 24 et 25 août prochains, à Montgivray.

Cette année, les Jeunes agriculteurs ont décidé de mettre l'agriculture en fête, pour la première fois, à Montgivray, route de Châteauroux, sur les terres de Daniel, Agnès et Guillaume Robin. C'est effectivement là que se déroulera l'édition 2019 de Terr'agi, samedi 24 et dimanche 25 août. En plein cœur du Boischaut sud, à deux pas du Château d'Ars et à quelques encablures de la maison de George Sand, les jeunes agriculteurs du canton de La Châtre/Sainte-Sévère ont pris les commandes de l'édition Terr'Agri 2019, avec en tête de file leur président Maxime Pion. Depuis des mois, le groupe est à pied d'œuvre pour organiser la plus grande fête agricole du département et mettre en place de nouvelles animations, en plus des incontournables à l'image du concours départemental de labour et des courses de moiss batt cross. « J'ai de la chance d'avoir une équipe dynamique, mobilisée autour de moi. La quasi-totalité des adhérents du canton a répondu présente », se réjouit Maxime Pion, qui a aussi pu compter sur les JA des autres cantons, « ayant plus l'habitude que nous de l'organisation d'un événement de cet ampleur ».

Un programme varié

Le programme conconcté par l'équipe est varié. Parmi les nouveautés, on retrouve des engins un peu hors normes avec du 4x4 trial (lire ici). Autre nouveauté, des conversations avec la MSA, sur le rôle des délégués MSA ainsi que sur les jeunes et l'alimentation ; une nutritionniste agréée interviendra lors de ce dernier échange. (A lire dans la prochaine édition de l'Aurore Paysanne).

Consommer local

Terr'Agri est aussi et surtout l'occasion d'échanger avec le grand public sur le métier d'agriculteur, ses difficultés et ses attentes. Tous les ans, le syndicat Jeunes agriculteurs démontre qu'à travers ces deux jours de festivités, il est possible d'encourager les visiteurs à privilégier la consommation de proximité. Pour preuve, « les repas proposés sur place sont confectionnés par les producteurs du canton, dont la cuisse de bœuf à la broche du samedi soir et le désormais mythique Berry burger. Seule la glace n'est pas produite sur notre secteur, mais reste berrichonne puisque elle vient de Clion », précise Maxime Pion.

« Nous n'avons pas besoin de bœuf brésilien, ni de lentilles canadiennes pour bien manger. Il y a tout ce qu'il faut chez nous ! », souligne Mathieu Naudet, président de Jeunes agriculteurs de l'Indre, à l'heure où les accords commerciaux controversés du Ceta et du Mercosur font la une de l'actualité. Il invite tous les visiteurs à consommer français « pour soutenir les agriculteurs, et avoir la garantie d'une alimentation de qualité ».

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.75€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

De meilleures conditions de travail à venir pour les aides à domicile de l’Indre

Familles Rurales de l’Indre a entamé un projet expérimental à l’aide de La Grande Bobine, institut territorial des transformations publiques.

Atelier de transformation : bien réfléchir pour le réussir !

 Le GDMA de l’Indre a organisé une formation afin d’aider les porteurs de projets de transformation carnée à conceptualiser et réaliser un ate

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

FDSEA et JA : « faisons appliquer la loi »

 La défense du revenu agricole passe notamment par le respect de la loi Egalim et un affichage de l’origine des produits conforme à la réalité

Trouver les leviers pour se dégager du temps

Cinq ans après son installation à Levroux, Quentin Duterde a construit un bâtiment d’élevage qui lui ressemble et répond à ses aspirations professi

Seuil de Bénavent : plus de peur que de mal pour l’instant

Mauvaise surprise jeudi 15 février, au petit matin, une brèche s’est formée sur le seuil de Bénavent, à PoulignySaint-Pierre.

Publicité