Aller au contenu principal

SEMOIRS SD : Le grand show régional des Cuma

L’élargissement de l’offre des équipementiers accompagne efficacement l’émergence de l’agriculture de conservation des sols.

Légende
C’est au coeur de la Beauce, près de Chartres, que la FRCUMA a présenté en dynamique les semoirs SD.

C’est à Mignières en Eure-et- Loir dans la banlieue de Chartres, que la FRCUMA Centre-Val de Loire a organisé, le 2 octobre 2019, une présentation d’onze semoirs à semis direct sous couvert. Au programme, des démonstrations en dynamique mais aussi un chapitre agronomie.

Autour des fosses, ouvertes pour l’occasion, un agronome de la chambre d’agriculture d’Eure-et-Loir, a commenté la descente des racines dans les horizons cultivés. L’historique de la parcelle, le profil des outils utilisés, le tassement des roues, rien n’échappe à l’oeil du professionnel.

Chaque agriculteur devrait être en capacité de connaître le potentiel d’exploration de la couche arable par les racines, condition première d’une alimentation correcte de la plante et facteur majeur du rendement. La première marche d’une stratégie de réparation des erreurs passées et de restauration de son capital sol, grâce à la boîte à outils du génie végétal judicieusement mis à profit.

Condition seconde, éviter de perturber la vie organisée du sol en strates. C’est tout l’intérêt des semoirs SD. A disques ou à dents, ils accomplissent les emblavements avec un minimum de déplacement de terre, limitant la mise en condition de levée des graines d’adventices enfouies.

La technologie des engins est désormais mature. Les disques lisses ou gaufrés, au bout de bras poussés ou lestés par la force hydraulique, ouvrent des sillons aussitôt rappuyés. Les options multi-trémies facilitent l’apport d’engrais localisé et le semis de couverts associés. Le semis direct mobilise peu de tractions, souvent moins de 120 avec un maximum de 180 cv pour les semoirs imposants. La puissance requise est davantage nécessaire pour le relevage et le transport que pour l’opération de semis en elle-même.

A Mignières, dix concessions présentant onze semoirs ont répondu à l’appel des Cuma. Les parcelles semées feront l’objet d’un suivi par le service agronomique de la chambre d’agriculture d’Eure-et-Loir (densité, régularité, profondeur, pourcentage de levée). François Ferrando, animateur FRCUMA, 37&28 confirme que des Cuma bien organisées peuvent optimiser les coûts (investissement moyen 15 k€ du mètre) d’achat des semoirs malgré la période restreinte d’utilisation. La rentabilité devient convenable à partir de 600 à 700 ha d’utilisation par engin. « Plus on ira chercher de surface, plus on minimisera le coût. » CQFD.

Condition de la réussite comme toujours en état, garantir un semoir opérationnel pour chaque adhérent en désignant un responsable de l’entretien et du calendrier d’utilisation. 

 

Tous les semoirs présentés sont commentés en détail, en cliquant ci dessous, avec en bonus une synthèse de la FR CUMA.

- Semoir dents Jammet
- SD sous couvert Sly Boss 
- SD sous couvert le Weaving 
- le T Sem Contour
- SD sous couvert l'Aurock-Kuhn 
- Focus sur l'EasyDrill
- semoir SD Priméra Amazone
 
- semoir SD Le Duro
 -le semoir SD Maschio Gaspardo Gigante Pressure
- semoir SD Horsch Avatar 6
- semoir SD John Deere 750 A

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 6.25€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site L'Aurore Paysanne
Consultez le journal L'Aurore Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal L'Aurore Paysanne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Des couverts aux effets bénéfiques
Nicolas Robert a profité de l'humidité de ce milieu d'été pour implanter ses intercultures.
Premier concours bovin après 18 mois d'absence dans l'Indre
Le concours bovin de Saint-Benoît-du Sault aura bien lieu le 25 août. Une reprise en douceur pour les éleveurs.
Foire de St-Benoît : un marché porteur
Les éleveurs n'hésitent pas à faire des centaines de kilomètres pour se rendre à la foire de Saint-Benoît-du-Sault, tant pour vendre que pour acheter
Teff grass : une alternative séduisante
Face aux changements climatiques, certaines plantes fourragères semblent tirer leur épingle sur jeu et entrent dans l'assolement de quelques éleveurs
« C'est la raison voire la sagesse qui ont guidé ma décision »
A quelques semaines de prendre sa retraite, Robert Chaze quitte la présidence de la chambre d'agriculture de l'Indre.
Agricultrice, rêve de Rachel Denis
Sur différents marchés de la Brenne, Rachel Denis propose ses légumes de saison.
Publicité